Qu'est-ce que le dabbing, et comment le fait-on ?


Qu'est-ce que le dabbing, et comment le fait-on ?

Ce n’est pas un secret que de plus en plus de personnes profitent du cannabis sous la forme de concentré. Les gens apprécient souvent leurs huiles et leurs cires (wax) dans des vapos stylos puisque cela permet de fumer quand on le souhaite, mais la méthode originale de consommation est apparue il y a de ça déjà plus d’une décennie. Connue sous l’appellation de « dabbing », tout ce dont vous avez besoin est d’un équipement en verre un peu particulier et quelques outils pour profiter d’inhalations corsées de concentrés comme jamais vous en avez goûté auparavant.

QU’EST-CE QUE LE DABBING ?

Pour faire simple, le dabbing est l’action d’inhalation un concentré de cannabis vaporisé au travers d’un objet en verre appelé dab rig. Vous pouvez aussi utiliser ce qu’on appelle un « Nectar Collector » ou une « Paille à Dab », mais ces derniers seront les sujets d’un autre article.

Cette pratique telle qu’on la connaît a d’abord commencé autour de 2005 lorsqu’un homme se faisant appeler BudderKing fut interviewé par le magazine Cannabis Culture. Durant l’entretien, il a décrit une formule pour concevoir du « budder » au cannabis, qui à l’époque, était essentiellement du concentré de cannabis qu’on laissait se solidifier sur un rebord de fenêtre.

Dans la même interview, il a présenté un dispositif en verre qui pouvait efficacement vaporiser les concentrés pour une inhalation efficace. Cela est devenu le premier prototype connu de ce qu’on appelle aujourd’hui un dab rig.

Bien sûr, il a fallu du temps pour qu’ils se fassent connaître, mais les concentrés de cannabis ont fini par rencontrer une audience publique lorsqu’ils furent présentés à la High Times Cannabis Cup de 2010. Avant d’atteindre leur renommée internationale, les opérateurs de dispensaires ont commencé à en stocker et à présenter à leurs clients les merveilles qu’ils pouvaient réaliser.

COMMENT FONCTIONNE LE DABBING ?

En parlant de merveilles, peut-être vous demandez-vous comment fonctionne le dabbing concrètement. Cela peut avoir l’apparence d’une expérience scientifique lorsqu’on le voit la première fois, mais c’est bien plus simple que ce que l’on pourrait croire.

L’essence du dabbing implique de chauffer du concentré de cannabis, qu’on appellera dorénavant « dabs » à partir de maintenant, et d’inhaler la vapeur résultante. Pour être plus précis, les dabs sont vaporisés lorsqu’ils sont placés en contact direct avec votre appareil préchauffé. Ces mécanismes vous permettent ensuite d’inhaler directement la vapeur et l’expiration vient naturellement compléter le processus de dabbing.

DE QUOI A-T-ON BESOIN POUR DABBER ?

Ça paraît simple, pas vrai ? Maintenant que vous comprenez les rouages du fonctionnement, vous n’êtes plus très loin de pouvoir prendre vos dabs tout seul ! Voici ce qu’il vous faut posséder avant de vous lancer.

DAB RIG

Comme nous l’avons dit plus tôt, dégoter un dab rig est la première étape clé du processus de dabbing. Pour ceux qui ne s’y connaissent pas trop, les dabs rigs ressemblent à des équipements en verre ressemblant aux bong, mais spécifiquement conçus pour vaporiser des dabs.

CLOU

Qu’est-ce qu’un clou, vous demandez-vous ? Comme tous les bongs possédant un bowl, tous les dabs rigs ont une sorte de clou. Ce dernier ressemble et fonctionne un peu comme un bowl, à l’exception que l’ouverture est située sur le côté plutôt qu’en dessous.

Il est conçu ainsi, car vous chauffez par en dessous lorsque vous prenez un dab, avant de mettre votre concentré dans le centre du clou. Vous inhalez ce qui va s’évaporer, et cela propulsera la vapeur par l’ouverture sur le côté et directement dans le rig même.

Les trois matériaux les plus utilisés pour faire des clous de dabs rigs traditionnels sont le titane, le verre et le quartz. Notez que différents types de clous nécessiteront des processus légèrement différents puisque le design de chaque clou peut varier. Par exemple, plutôt qu’une ouverture située sur le côté, certains clous possèdent une ouverture dépassant par le milieu. D’autres nécessiteront d’être chauffés directement par en dessous, et d’autres encore seront chauffés selon un certain angle.

BAGUETTE/DABBER

Même s’ils n’étaient pas gluants, nous ne vous recommanderions quand même pas de mesurer vos dabs avec vos doigts. Comme alternative bien plus efficace, vous pouvez mettre la main sur ce qu’on appelle un dabber, un outil à dab ou une baguette. Ce sont des outils en acier ressemblant à un scalpel que l’on utilise pour couper un morceau de dab et le placer sur le clou.

CARB CAP (COUVERCLE)

Lorsque vous prenez votre dab, il vous faut faire en sorte de ne pas perdre la moindre miette de votre précieuse vapeur qui s’échapperait par l’ouverture du dessus. Heureusement, ce problème potentiel est facile à résoudre : placez simplement un carb cap (couvercle) sur le dessus du clou. Ces derniers sont généralement conçus pour être placés parfaitement sur un clou standard et vont idéalement rester en place sans avoir besoin de garder sa main dessus pour éviter qu’ils ne tombent.

CHALUMEAU

Bien que les flammes de briquets soient typiquement assez chaudes, elles ne suffiront pas pour chauffer un clou. En fait, il vous faudra une torche ou un chalumeau à butane (ou une alternative sans) pour appliquer la chaleur nécessaire. Cela vous obligera à acheter fréquemment des recharges de butane pour le remplir de nouveau.

CONCENTRÉ DE CANNABIS

Vous ne pourrez pas prendre de dabs si vous n’en avez pas ! Les concentrés de cannabis ont multiples formes, mais les dabs rig sont les plus appropriés pour profiter de certains types de hasch ou d’huile de cannabis, ce que nous expliquerons plus en détail ci-dessous.

QUELS SONT LES AUTRES TYPES DE DAB DISPONIBLES ?

QUE SONT LES CONCENTRÉS DE CANNABIS ?

Nous faisons référence aux concentrés de cannabis comme s’ils étaient une sorte d’entité mystérieuse depuis le début, mais il y a en réalité une sacrée diversité dans cette catégorie.

L’HUILE DE HASCH DE BUTANE (BHO)

L’huile de hasch de butane, qu’on appelle souvent plus simplement BHO est une sous-catégorie de concentrés qui se distingue par l’utilisation de butane comme solvant. Malgré les potentiels problèmes que l’on peut avoir avec le butane, ce processus est sans dangers et exempt de toxines si réalisé par un connaisseur. Par conséquent, dû au fait que cela soit peu coûteux, c’est généralement la méthode d’extraction commerciale la plus fréquente du marché.

SHATTER

Le shatter est l’une des sous-catégories majeures du BHO qui se caractérise par le fait qu’il va littéralement se briser lorsque son état a refroidi complètement. Il a cette texture en raison du fait que les cannabinoïdes, terpènes, etc. sont mélangés en une seule phase ce qui permet à la lumière de passer au travers.

WAX

Alors que les composés du cannabis sont séparés sous la forme de concentré, ils vont par la suite se transformer en une substance friable et semblable à de l’argile qu’on appellera wax. Beaucoup affirment que la wax a meilleur goût que le shatter, mais cela reste purement subjectif et la puissance restera quant à elle, relativement égale entre les deux formes.

LA RÉSINE LIVE

Pour finir la catégorie BHO, la résine live (live resin) se démarque par sa méthode unique de préparation. Plutôt que d’utiliser des têtes de cannabis sèches et affinées, la résine live est faite à partir de matière végétale fraîche qui sera congelée. Cela est principalement fait pour préserver la saveur et l’arôme qui ont tendance à être bien plus prononcés avec ces concentrés.

BUBBLE HASCH/HASCH PAR EAU GLACÉE

Plutôt que d’utiliser du butane, le hasch par eau gelée, aussi appelé bubble hasch, implique d’extraire le THC et les autres cannabinoïdes/terpènes en utilisant de l’eau glacée et une filtration graduelle. Il vous faudra obtenir un produit particulièrement pur si vous comptez le dabber puisque même de petits morceaux de matière végétale peuvent ternir votre expérience.

HASCH ROSIN

Alors que vous pouvez dabber du hasch particulièrement purifié, la meilleure façon de garantir qu’il fondra complètement est de le transformer en rosin. Cela se fait essentiellement en combinant chaleur et pression ; de nombreuses presses à rosin ont été conçues à cette fin. Cette méthode est unique puisqu’elle n’implique ni l’utilisation de solvant ni l’utilisation d’eau.

HUILE CO₂

Enfin, si vous souhaitez avoir l’expérience la plus pure possible, dégotez-vous de l’huile de cannabis qui aura été extraite à l’aide d’une extraction supercritique au CO₂. C’est un solvant efficace et précis, mais le processus est assez coûteux et nécessite un équipement technologique assez conséquent. De ce fait, les huiles extraites ainsi ont tendance à être plus chères que les autres. Cela étant dit, vous aurez en main ce pour quoi vous avez payé le prix fort.

COMMENT DABBER LES CONCENTRÉS DE CANNABIS

« Allez, on arrête les définitions, je suis prêt à dabber ! »

Nous adorons votre enthousiasme, mais assurons-nous d’abord que vous avez tout ce qu’il vous faut et que vous savez précisément quoi faire.

ÉQUIPEMENT

Pour commencer, faisons rapidement un inventaire des équipements nécessaires :

1. Dab rig
2. Clou
3. Outil à dab/baguette
4. Chalumeau/torche remplie de butane
5. Carb cap (couvercle)
6. Concentré de cannabis de votre choix

CONSIGNES

Prendre un dab commence par, comme vous l’aurez imaginé, mesurer votre dose avec votre baguette ou votre outil à dab. Lorsque vous avez mesuré la quantité de dab souhaitée, vous allez ensuite chauffer le dessous ou le côté du clou (selon la conception de celui-ci) jusqu’à ce qu’il soit rouge vif.

Alors que la couleur cramoisie s’estompe, placez votre dab dans le centre du clou et commencez à inhaler au fur et à mesure que le dab est vaporisé. Lorsqu’il est complètement fondu de sur votre outil, retirez-le du clou et placez le carb cap par-dessus l’ouverture. Une fois que vous aurez inhalé toute la vapeur, expirez comme vous le feriez habituellement.

COMMENT FAIRE UN DAB

QUELS SONT LES AVANTAGES DU DABBING ?

Maintenant que vous connaissez parfaitement la marche à suivre, il est temps de passer aux raisons pour lesquelles le dabbing est en réalité sacrément intéressant contrairement à la vaporisation ou le fait de fumer traditionnellement.

PLUS DOUX SUR LES POUMONS (SI EFFECTUÉ CORRECTEMENT)

Pour commencer, si vous prenez des dabs à des températures plus faibles (en attendant un peu plus longtemps que le clou refroidisse), la vapeur sera bien plus douce et onctueuse pour vos poumons qu’en fumant une ganja traditionnellement. Cela pourrait même être encore plus agréable qu’une vaporisation conventionnelle puisque bon nombre d’entre eux n’ont pas de réglages personnalisés des températures. Si vous prenez un dab un peu trop rapidement, cela pourrait irriter votre gorge comme le ferait n’importe quelle bouffée d’un joint ou d’un blunt.

PLUS EFFICACE QUE DE FUMER

Puisque vous profitez d’un concentré avec approximativement 60–80 % de THC contrairement aux 30 % et plus de THC des têtes, vous n’aurez besoin que de quelques inhalations pour planer comme jamais comme vous le feriez avec un joint entier consommé tout seul. Cela signifie aussi que vous n’aurez pas besoin d’inhaler autant, et donc, moins de risques d’irriter votre gorge.

MEILLEUR GOÛT

Puisque le dabbing se fait à une température bien plus basse que de fumer, vous remarquerez davantage de nuances de saveurs dans la vapeur. Voyez-vous, si vous fumiez les fleurs à partir desquelles vos dabs sont faits, la chaleur brûlerait la plupart des terpènes. La chaleur va également réduire à néant certains cannabinoïdes, ce qui implique des effets atténués que si vous dabbez une version concentrée et préservée de tout ça.

PROCESSUS AMUSANT

Tous ces avantages sont formidables, mais nous pensons que l’une des meilleures parties du dabbing reste le processus en lui-même. Faire chauffer le rig avec un chalumeau ? Placer le dab dans le clou et recouvrir l’ouverture ? Peu de choses donnent autant l’impression d’être un scientifique fou qui aurait la mission la plus simple du monde.

LE DABBING EST-IL SANS DANGERS ?

Nous finirons cet article avec la question la plus importante du sujet : le dabbing est-il sans dangers ?

En effet, lorsqu’il est effectué avec toutes les précautions en tête, c’est tout à fait sans dangers. De nombreuses personnes le font une ou plusieurs fois par jour sans le moindre problème, même lorsqu’ils sont déjà fracassés. Cela étant dit, manipuler et allumer un chalumeau à butane comporte toujours son lot de risques qui doivent être considérés avant toute action.

Assurez-vous de ne pas essayer le dabbing si vous êtes déjà trop attaqué puisque l’allumage du chalumeau ou cibler le mauvais endroit pourrait être une erreur que vous risquez de regretter amèrement et douloureusement. De ce fait, puisqu’il est possible de se brûler, assurez-vous de ne pas toucher le clou pendant au moins 10 minutes après votre dernier dab.

Hormis cela, c’est aussi tranquille que de fumer traditionnellement. Faites simplement preuve de bon sens et faites attention à vous durant le processus pour profiter pleinement de vos dabs !