Votre défonce semble un peu trop faible? Faites une pause


Votre défonce semble un peu trop faible? Faites une pause

Faire une pause peut réduire la quantité de cannabis qu'il vous faut afin d'obtenir une grosse défonce. Découvrez les meilleures façons de prendre une pause.

Un jour, ça s'abattra sur vous: vous fumerez deux joints et vous vous rendrez compte que vous n'êtes pas autant défoncé qu'avec la moitié d'un joint d'avant. Ou peut-être que vous dabberez de plus en plus et que vous ne serez pas défoncés. Quand ça arrivera, il n'y aura qu'une seule solution: une pause !

Ça arrive même aux meilleurs d'entre nous. Vous avez pleins de sous et votre contact est à l'heure avec un gros sac de weed de haute qualité. Ou vous venez juste de récolter et vous vous retrouvez avec trop de la meilleure weed que vous avez jamais fumé jusqu'à ce jour. Peut-être que vous avez découvert les joies des concentrés ?

Quand vous fumez de la meilleure qualité, ou que vous fumez simplement plus, votre tolérance augmente progressivement. 

Essayez l'une de ces techniques afin de réduire votre tolérance;

ESSAYEZ UNE NOUVELLE VARIÉTÉ

Si vous fumez la même variété depuis des mois, il est temps d'en changer. Même si elle contient beaucoup de THC. Il existe des centaines de cannabinoïdes et de terpènes dans la weed. Certains ont déjà été identifiés, tandis que d'autres sont toujours inconnus. On ne connait même pas les effets de toutes ces substances. Chaque vairété de cannabis possède son propre profil chimique. Fumer quelque chose de différent pourrait relancer votre défonce.

Passer d'une Indica à une Sativa, ou vice versa, pourrait faire l'affaire. Des weeds ayant des parfums différents pourraient aussi aider. Les terpènes donnent au cannabis son parfum, mais certains interagissent également avec le THC pour influencer votre défonce.

Par exemple, le myrcène est présent dans presque tous les types de cannabis. Ce terpène est un analgésique puissant, mais il agit également comme un booster de THC pour provoquer une défonce plus forte.

Voici une astuce de défoncés: Les mangues sont naturellement riches en myrcène et peuvent augmenter la puissance perçue de n'importe quelle variété. Pour que ça fonctionne, vous devez en manger à peu près une heure avant de commencer à fumer.

CHANGEZ DE MATOS

CHANGEZ DE MATOS

Les accessoires que vous utilisez pour fumer influencent beaucoup la puissance de votre défonce. Même nettoyer une pipe bouchée par la résine peut faire une différence. Passer de la pipe au bang peut aussi aider, et beaucoup de personnes disent qu'elles sont bien plus défoncées en vapotant qu'en fumant.

Si vous ne fumez que des fleurs, passer à des extractions et utiliser un bang adapté vous défoncera encore plus. Mais cela risque aussi d'augmenter votre tolérance, ce qui vous ramène au point de départ. Cela reste quand même une option!

RÉDUISEZ PROGRESSIVEMENT LA QUANTITÉ QUE VOUS FUMEZ

Maintenant nous allons voir la vraie pause qui peut s'avérer un peu désagréable pour les fumeurs réguliers. Si vous ne voulez pas stopper net, essayez de réduire progressivement ce que vous fumez pendant la journée. Certaines personnes sautent leur rituel du bédo du matin, tandis que d'autres essaient seulement de fumer la nuit tombée.

Cette méthode fonctionne, mais elle peut être lente en fonction de votre discipline, de la quantité que vous fumiez avant d'arrêter et votre métabolisme individuel. Nous allons voir comment accélerer un peu cette pause.

ABSTINENCE À COURT-TERME

Il vous faudra tenir au moins 3 jours (72 heures complètes, pas de triche) sans fumer pour voir une vraie différence au niveau de la tolérance. C'est le nombre de temps que le THC actif peut rester dans votre sang quand vous êtes un fumeur régulier.

N'oubliez pas, plus vous vous abstener de fumer longtemps, plus la date de la prochaine pause sera éloignée. Pour la plupart des gens 1 à 2 semaines suffisent.

DEVENEZ 100% CLEAN - LA RÉFÉRENCE ABSOLUE EN MATIÈRE DE PAUSES

DEVENEZ 100% CLEAN - LA RÉFÉRENCE ABSOLUE EN MATIÈRE DE PAUSES

Il y a pleins de raisons pour redevenir clean. Réduire sa tolérance est l'une des meilleures. Si vous pouvez être bien plus défoncés plus tard en fumant moins qu'actuellement, c'est gagnant-gagnant, peu importe le point de vue. Cependant vous devrez vous abstenir de fumer pendant 30 jours complets ou plus pour vraiment réinitialiser les compteurs de votre tolérance à zéro.

Le THC est liposoluble et se retrouve donc dans vos cellules graisseuses. Il est ainsi relâché lentement dans votre corps au cours du temps. Cela ne provoque pas de grosse défonce, mais vous rend en revanche positifs lors de tests. Personne ne sait vraiment comment cela affecte votre tolérance. Chaque personne élimine le THC de son organisme à différentes vitesses. Si vous voulez suivre vos progrès, achetez quelques kits pas chers, ils en vendent dans la plupart des pharmacies ou même sur internet.

AURAIS-JE COMME UNE SENSATION DE MANQUE SI JE M'ABSTIENS

C'est possible. Le cannabis n'est pas addictif mais si vous en fumez tous les jours, vous vous sentirez peut-être différents si vous vous arrêtez subitement. Voici quelques-uns des problèmes les plus courants:

  • Insomnie
  • Légère Dépression
  • Anxiété
  • Sauts d'Humeur
  • Rêves Intenses

N'oubliez pas que le cannabis est un médicament, et quand on arrête d'en prendre, certains symptômes risquent de réapparaître. Si cela devient insupportable, vous pouvez toujours vous remettre à fumer. Mais si vous vous rappelez que cela fait partie du processus et que ce sera bientôt fini, cela vous aidera à surmonter cette épreuve difficile. Heureusement que pour la plupart des gens, les gènes sont mineurs et de courte durée.

EST-CE QUE JE PEUX BAISSER MA TOLÉRANCE AU CANNABIS ENCORE PLUS VITE QUE ÇA?

EST-CE QUE JE PEUX BAISSER MA TOLÉRANCE AU CANNABIS ENCORE PLUS VITE QUE ÇA?

OUI! En adoptant un mode de vie sain, vous pouvez réduire votre tolérance au cannabis plus rapidement et vous sentir mieux tout au long du processus. Être actif et rester hydraté, associés à une alimentation équilibrée, vous aidera à éliminer le THC de votre organisme plus rapidement que si vous restez affalé dans le canapé à grignoter des cochonneries. L'activité physique force votre cerveau à produire des endorphines qui combattent la fatigue, apaisent et provoquent un sentiment de bien-être.

C'est aussi le bon moment pour se trouver une nouvelle activité ou se remettre à en faire une. Avoir une activité stimulante mentalement non seulement vous aide à ne pas penser à fumer, mais aussi aide à combattre la dépression.

Allez-y doucement quand vous recommencerez à fumer. Refumer de grosses quantités de weed super forte annulera les effets de votre pause plus vite que si vous ne fumiez modéremment. Vous pourriez aussi vous retrouver défoncer pendant trop longtemps, et c'est beaucoup fun que ça ne le parait.

Astuce de défoncés #2: Macher des graines de poivre noir peuvent soulager la paranoia ou l'anxiété afin de rendre la défonce plus calme et relaxante.

QU'EST-CE QUE LA TOLERANCE, EXACTEMENT?

Encore une fois, même si il vous défonce, le cannabis est un remède, et il semblerait que le corps humain ait été conçu pour spécifiquement utiliser cette herbe. Nous avons un système endocannabinoïde qui ne peut être activé que de trois façons: en utilisant les endocannabinoïdes naturels du corps que nous produisons tous, à travers les cannabinoïdes des plantes ou par des cannabinoïdes synthétiques faits par l'industrie pharmaceutique.

Le corps humain place naturellement une limite sur la façon dont le cannabis nous affecte. C'est un mécanisme de protection. Voilà pourquoi quasiment personne n'a jamais fait d'overdose de marijuana. Ce facteur limitant aide aussi les personnes atteintes de cancer et d'autres maladies mortelles en leur permettant de prendre des doses élevées de cannabis tout en restant tout à fait fonctionnel une fois qu'ils ont développé une tolérance.

Alors, comment ça marche exactement? Et est-ce que cela signifie que la tolérance est la même chose que la dépendance ou l'addiction?

Le cerveau possède des interrupteurs appelés récepteurs, et des substances chimiques appelés neurotransmetteurs qui permettent de les activer. Les neurotransmetteurs peuvent être naturels ou provenir de drogues telles que le cannabis, l'alcool, les opiacés ou les amphétamines. Pour les médicaments qui provoquent une dépendance, on pense que l'activation constante des interrupteurs usent ces derniers.

Ainsi, au fil du temps, vous avez besoin de plus en plus de force pour les activer, et finalement, ils pourraient commencer à se bloquer. Voilà pourquoi vous avez toujours besoin de plus de quantités de n'importe quelle substance addictive afin d'obtenir les mêmes effets et pourquoi certains produits pharmaceutiques cessent totalement de faire effet.

La tolérance au cannabis est similaire, mais il y a une différence importante qui fait que le cannabis n'est pas addictif. Au lieu d'user les récepteurs, il les régule à la baisse. C'est-à-dire que le corps reconnaît qu'une quantité plus importante de cannabis est consommée régulièrement, alors il réduit volontairement le nombre de récepteurs disponibles. Moins de récepteurs actifs signifie que vous êtes moins défoncés.

Réduisez la quantité de cannabinoïdes dans votre système, et il le remarquera, réagira en conséquence et activera quelques récepteurs anciennement désactivés. Plus de récepteurs actifs signifie que vous serez plus défoncés. N'abusez pas et vous serez en mesure d'obtenir des défonces satisfaisantes sans faire de pause. Ceci est le meilleur exemple de "moins c'est plus" !

EN RÉSUMÉ

Les consommateurs de cannabis récréatifs apprécient les effets qu'il produit, mais abuser d'une bonne chose peut se traduire par une tolérance qui supprime les effets agréables auxquels vous vous attendiez. En fumant moins ou en vous abstinant complètement pendant une courte période, vous pouvez réguler votre tolérance.

Peu importe ce que disent les critiques, la tolérance n'est pas un signe de dépendance ou d'addiction. C'est plutôt la façon qu'a votre corps de réguler l'effet du cannabis pour équilibrer les besoins des consommateurs récréatifs avec ceux des patients utilisant la marijuana médicale.