Qu'est ce que le cannabigérol (CBG) ?


Qu'est ce que le cannabigérol (CBG) ?

Quand on pense au cannabis et aux cannabinoïdes, il est facile de trop se focaliser sur le THC. Après tout, il est sans doute le cannabinoïde le plus remarquable dont nous ressentons les effets sur notre corps lorsque nous consommons de la marijuana.

Cependant, grâce à de nouvelles études, les chercheurs ont trouvé plus de 100 cannabinoïdes dans le cannabis, chacun ayant leurs propres effets. Le CBG ou cannabigérol est justement un de ces cannabinoïdes et s'avère avoir un énorme potentiel médical dans le traitement de beaucoup de chose allant de la douleur et des nausées à la maladie de Huntington et à la sclérose en plaques.

QU'EST-CE QUE CANNABIGÉROL?

Le cannabigérol, plus communément appelé CBG, est un phytocanabinoïde trouvé dans le cannabis. Il n'est pas considéré comme psychoactif, car les études préliminaires ont montré qu'il ne produisait pas les effets toxiques semblables a ceux du THC chez les souris et les rats.

Le CBG a d'abord été découvert en 1964 en tant que constituant du haschish. Il est formé à partir d'acide cannabigérolique, ou CBGA, qui est en fait l'un des premiers cannabinoïdes à se former dans le cannabis.

À mesure que la plante mûrit, les enzymes de la plante convertissent le CBGA en une grande variété d'autres cannabinoïdes acides, dont le THCA, le CBDA et le CBCA. Ensuite, en séchant, en fermentant et en chauffant, la plupart de ces cannabinoïdes évoluent vers des versions non-acides telles que le THC, le CBD et le CBC.

Le CBG est considéré comme un antagoniste doux du récepteur CB1 du système endocannabinoïde. Cela signifie qu'il peut inhiber les effets des agonistes CB1, en particulier le THC, et de ce fait, interférer avec les effets d'autres cannabinoïdes. Il est estimé que CBG interagit avec les récepteurs CB2, mais il n'est pas tout à fait certains qu'il exerce des effets agonistes ou antagonistes sur cette classe de récepteur.

LE POTENTIEL MÉDICAL DU CBG

La recherche sur les qualités médicinales du cannabis en est encore à ses débuts. Cependant, une quantité raisonnable de recherches ont été faites sur le CBG au cours de ces dernières années, ces dernières suggèrent que ce cannabinoïde présente une grande variété de bénéfices médicinaux.

CBG ET CANCER

CBG ET CANCER

Le CBG présente un immense potentiel pour le traitement d'une grande variété de cancers.

Une étude réalisée en 2014 par plusieurs chercheurs d'Italie a montré que le CBG interagit sur des cibles spécifiques impliquées dans la carcinogenèse, en inhibant efficacement la croissance du cancer du côlon.[1]

Les chercheurs ont étudié la croissance des cellules cancéreuses en utilisant un modèle in Vivo sur des souris atteintes de cancer du côlon. En surveillant de près la croissance des cellules cancéreuses chez les souris subissant un traitement a base de CBG, les chercheurs ont constaté que le CBG était capable d'inhiber la croissance des tumeurs. Il est capable de cela en agissant en tant qu'antagoniste d'un gène spécifique (appelé TRPM8) et en activant toute une variété d'autres (y compris TRPA1, TRPV1 et TRPV2).

Une autre étude, publiée en 1996, a révélé que le CBG avait des effets similaires sur le mélanome.[2] Elle a constaté que le CBG a considérablement réduit la croissance des cellules de mélanome dans la peau des souris testées. Une autre étude menée par les mêmes auteurs effectuée en 1998 a comparé les effets anticancéreux du CBG à ceux de diverses autres substances, telles que le géraniol, l'olivetol et bien d'autres encore. L'étude a révélé que le CBG présentait la plus forte activité inhibitrice de croissance contre les cellules cancéreuses parmi toutes les substances étudiées.[3]

Enfin, un article de 2011, publié dans le British Journal of Pharmacology, explorant les qualités médicinales des cannabinoïdes autres que le THC entre profondément en détail au sujet des propriétés anticancéreuses du CBG, citant de multiples références qui ont révélé que ce cannabinoïde inhibait la formation de grosseurs et de tumeurs du sein, de la prostate et d'autres cancers.[4]

LA CBG EN TANT QUE NEUROPROTECTEUR

En 2015, les chercheurs du Département de biochimie et de biologie moléculaire de l'Université Complutense de Madrid (Espagne) ont constaté que le CBG possédait des propriétés neuroprotectrices uniques.[5] Les chercheurs ont utilisé 2 modèles in vivo différents de la maladie de Huntington chez les souris qui se caractérisent par une rupture progressive des cellules nerveuses dans le cerveau.

L'étude a révélé que le CBG était très fortement actif en tant que neuroprotecteur, en améliorant les déficits moteurs tout en préservant les neurones par la même occasion. L'étude a également montré que le CBG a été capable d'influencer positivement l'apparition de certains gènes liés à la maladie de Huntington.

Une autre étude publiée dans le Journal of Neuroimmune Pharmacology de 2012 a choisi comme sujet le CBG et son effet sur la sclérose en plaques.[6]

L'étude, menée par des chercheurs de Vivacell Biotechnology España, a révélé que le cannabigérol était à la fois un agent anti-inflammatoire puissant et un neuroprotecteur. En utilisant une fois de plus un modèle in Vivo, les chercheurs ont constaté que le CBG aidait à moduler les symptômes de la SEP (sclérose en plaques) tout en modulant l'apparition des gènes clés impliqués dans cette maladie.

Les deux études ont conclu que le CBG était très prometteur, qu'il soit utilisé seul ou en combinaison avec d'autres cannabinoïdes / traitements, il pourrait aider à développer des médicaments et des méthodes de traitement à la fois pour la maladie d'Huntington ainsi que pour la sclérose en plaques.

LE CBG ET LE SOULAGEMENT DE LA DOULEUR

LE CBG ET LE SOULAGEMENT DE LA DOULEUR

Le CBG, tout comme d'autres cannabinoïdes tels que THC et CBD, se révèle vraiment prometteur pour soulager la douleur névropathique.

Un brevet datant de 2011 émis par Otsuka Pharmaceutical et GW Pharma affirme que le cannabigérol ainsi que d'autres cannabinoïdes (tels que le CBC, le CBDV et le THCV) contribuent à atténuer les symptômes de la douleur névropathique chez les souris.[7] La recherche effectuée par ces deux géants pharmaceutiques montre que le CBG a en effet aidé les souris à se remettre de la douleur causée par des lésions nerveuses provoquées chirurgicalement.

Étant donné que la douleur névropathique est généralement réfractaire au traitement a base d'opiacés et d'autres médicaments, il s'agit d'un énorme pas en avant dans le traitement de ce type de douleur. Il est également important de noter que la recherche mentionnée ci-dessus a révélé que le CBG s'est montré plus efficace pour soulager la douleur névropathique chez les souris testées à de faibles doses.

AUTRES AVANTAGES MÉDICINAUX DU CBG

En parallèle des études mentionnées ci-dessus, il existe beaucoup de preuves supplémentaires faisant allusion aux avantages médicinaux du CBG.

Une étude de 2009,a par exemple révélé que le CBG réduisait la pression intraoculaire chez les chats atteints de glaucome. Des études basées sur les rats suggèrent également que le CBG puisse aider à traiter les nausées et les vomissements, même si cette recherche n'a pas encore été reproduite chez l'être humain. Pour finir, le CBG a également démontré des effets anti-inflammatoires qui pourraient aider à gérer et à traiter les maladies inflammatoires de l'intestin.

OÙ TROUVER DU CBG?

Malheureusement, la plupart des cannabis sont récoltés pour leur THC ou leur CBD. Cela signifie qu'ils sont, en effet, récoltés assez tardivement au cours de leurs cycles de floraison et, de ce fait, qu'ils contiennent de faibles concentrations de CBG. La plupart du cannabis sur le marché aujourd'hui ne contient qu'environ 1% de ce cannabinoïde.

La recherche sur les variations des cannabinoïdes dans le cannabis suggère que les variétés natives indiennes contiendrait des concentrations plus élevées de CBG que les autres variétés. Il est également conseillé aux producteurs de récolter leurs plantes environ aux trois-quarts du cycle de floraison afin d'obtenir une teneur plus élevée en CBG.

En 2013, des chercheurs de la Technical University de Dortmund en Allemagne, ont analysé le contenu cannabinoïde de la Bediol, une variété médicinale provenant de Bedrocan BV aux Pays-Bas. Les chercheurs ont fait fleurir la variété pendant 8 semaines et ont analysé les cannabinoïdes présents dans la plante chaque semaine. Le contenu CBG était à son paroxysme au cours de la semaine 6.[8]

CBG: UN NOUVEAU GÉANT DE LA SANTÉ ?

Il est tout à fait évident que le cannabigérol a démontré un énorme potentiel médical. Le fait qu'il soit un composé non-psychoactif est particulièrement prometteur, étant donné que beaucoup de personnes pourraient être sensibles aux effets intoxiquant du THC et d'autres cannabinoïdes psychotropes.

Cependant, il est important de se rappeler que cette recherche scientifique a ses propres limites. Et bien que cet article compile une grande variété de recherches sur le CBG et ses avantages médicaux, nous ne faisons qu'effleurer la surface lorsqu'il s'agit de comprendre réellement ce puissant cannabinoïde.

Les références

  1. ^ NCBI, Colon carcinogenesis is inhibited by the TRPM8 antagonist cannabigerol, a Cannabis-derived non-psychotropic cannabinoid., récupéré January-16-2019
    Lien
  2. ^ Springer, Synthesis and antitumor activity of cannabigerol, récupéré January-16-2019
    Lien
  3. ^ Springer, Boron trifluoride etherate on silica-A modified lewis acid reagent (VII). Antitumor activity of cannabigerol against human oral epitheloid carcinoma cells, récupéré January-16-2019
    Lien
  4. ^ NCBI, Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects, récupéré January-16-2019
    Lien
  5. ^ NCBI, Neuroprotective properties of cannabigerol in Huntingtons disease: studies in R6/2 mice and 3-nitropropionate-lesioned mice., récupéré January-16-2019
    Lien
  6. ^ NCBI, A cannabigerol quinone alleviates neuroinflammation in a chronic model of multiple sclerosis., récupéré January-16-2019
    Lien
  7. ^ Google, Cannabinoids for use in the treatment of neuropathic pain, récupéré January-16-2019
    Lien
  8. ^ NCBI, Analysis of cannabinoids in laser-microdissected trichomes of medicinal Cannabis sativa using LCMS and cryogenic NMR., récupéré January-16-2019
    Lien