Ripped (2017) : Critique De Film Pour Fumeurs De Joints


Directeur: Brad Epstein
Acteurs: Faizon Love, Russell Peters, Alex Meneses, Kyle Massey, Vandit Bhatt, Stephanie Drapeau, Farah White, Bridger Zadina
Date de sortie: Juin 23, 2017

Ripped (2017) : critique de film pour fumeurs de joints

Dans la longue liste toujours en expansion des films au sujet du cannabis, il y a un autre film que vous pourriez ajouter à votre session film sur le canapé du dimanche soir. Mais n’en attendez pas trop.

Ce film donne l’impression d’avoir été réalisé par d’authentiques fumeurs de joints, qui se sont dit que si le public planait suffisamment haut, il pourrait probablement avaler n’importe quoi.

Même si le film commence de façon assez drôle et avec une référence à Half Baked, Ripped se révèle être littéralement ni fait ni à faire. Un mauvais jeu d’acteurs, un enchaînement de stéréotypes (presque insultants) sur les fumeurs de joints, des micros qui apparaissent à l’image et beaucoup d’écrans de fumée. Ceci dit, il peut toujours arracher un rire ou deux au spectateur indulgent qui aime avoir un fond visuel pendant qu’il prépare son bang.

L’histoire suit deux amis amateurs de cannabis qui se retrouvent à fumer de la weed top-secrète fabriquée par la CIA en se rendant à un concert de Run DMC en 1986. Cette super-beuh appelée G14 les plonge dans un coma de 30 ans, d’où ils sortent en 2016.

Ripped (2017): stoner movie review

Reeves (Faizon Love) et Harris (Russel Peters) sont un peu surpris de se réveiller plus vieux, mais dans les mêmes vêtements qu’ils portaient dans leur jeunesse, avant de s’aventurer dans le nouveau monde. Mais étrangement, des choses comme des toilettes qui tirent automatiquement la chasse ou des téléphones portables les choquent plus que le fait d’être plongé dans un coma de 30 ans en fumant de la weed.

Le reste du film suit Harris qui essaye de reconquérir son ancienne petite-amie alors que les deux amis doivent se lancer dans le commerce (de weed) pour survivre, mais qui peine à décoller. L’ambiance est parfois appréciable, mais elle ne nous a pas vraiment fait éclater de rire, et le film n’a pas réussi à retenir trop longtemps notre attention.

La première tentative de tournage d’un film au sujet du cannabis par Brad Epstein fait réaliser le fait que certains réalisateurs ne se foulent pas vraiment. L’idée de base est bonne, mais elle n’est clairement pas poussée aussi loin qu’elle pourrait l’être.

Une bonne comédie sur le thème de la fumette devrait avant tout être une comédie, la weed passant au second plan. Pineapple express, Half Baked, Eh mec ! Elle est où ma caisse ?, Harold et Kumar chassent le burger, voilà de bons films pour fumeurs de joints. Ce film n’est tout simplement pas bon.