Comment Commencer À Cultiver De L’Herbe En Intérieur En 10 Étapes Faciles


Comment Commencer À Cultiver De L’Herbe En Intérieur En 10 Étapes Faciles

Si vous consommez de l’herbe à des fins récréatives ou thérapeutiques, il y a de fortes chances que vous ayez pensé à cultiver votre propre herbe. Heureusement, cultiver de l’herbe en intérieur n’est pas aussi difficile qu’on le dit souvent. Voici 10 étapes faciles pour commencer à faire pousser de l’herbe en intérieur dès aujourd’hui :

1. TROUVER UN ESPACE DE CULTURE

La première étape pour cultiver du cannabis en intérieur consiste à trouver un bon espace de culture. Et même si les cultivateurs qui font leur première culture s’imaginent souvent qu’ils ont besoin de beaucoup d’espace pour s’occuper de leurs plantes, ce n'est pas tout à fait vrai.

En fait, vous serez surpris d’apprendre que vous pouvez cultiver de la très bonne herbe presque partout, y compris dans les placards, les garages, les sous-sols, et les chambres d’amis.

Évidemment, un plus grand espace est idéal, ce qui permet d’espacer vos plantes et de travailler plus confortablement. Mais n’oubliez pas que les grands espaces exigent également plus d’éclairage et de ventilation, ce qui augmente également les coûts.

Lorsque vous choisissez votre espace de culture en intérieur, n’oubliez pas les choses suivantes :

  • Les plantes de cannabis ont des exigences strictes en matière de lumière. Vos plantes auront besoin de périodes d’obscurité rigoureuse durant lesquelles aucune lumière extérieure ne doit pénétrer dans l’espace de culture, et perturber vos plantes. Cela peut causer du stress et affecter la santé et les rendements des plantes.
  • Température/humidité : la température et l’humidité sont des facteurs extrêmement importants à prendre en considération lors de la culture du cannabis. Vous devrez cultiver dans un espace où vous aurez le plus de contrôle possible sur la température et l’humidité, afin de maximiser le potentiel de votre (vos) plante(s).
  • Le cannabis a besoin de beaucoup d’air. La circulation de l’air aide à maintenir les niveaux de température et d’humidité à un niveau stable dans toute la chambre de culture. Une mauvaise circulation de l’air peut causer beaucoup de problèmes à vos plants et les exposer à la moisissure et à d’autres maladies.

2. INSTALLER DES MURS RÉFLÉCHISSANTS

2. INSTALLER DES MURS RÉFLÉCHISSANTS

Une fois que vous avez trouvé le bon espace de culture, vous devrez commencer à l’aménager pour vos plantes. La première étape consiste à installer des murs réfléchissants.

Les murs réfléchissants aident à diriger le plus de lumière possible sur vos plantes, ce qui permet d’obtenir des rendements importants et de délicieuses têtes. Cela vous permet principalement d’augmenter la puissance de vos lumières sans augmenter vos coûts d’électricité.

En fait, les murs réfléchissants peuvent augmenter la puissance de vos lumières jusqu’à 30 %. Encore mieux, l’installation de murs réfléchissants est très simple.

Il existe différentes options pour installer des murs réfléchissants dans votre espace de culture :

  • Tentes de culture : les tentes sont une option très populaire parmi les cultivateurs en intérieur. Elles sont munies de parois réfléchissantes spécialement conçues pour les lampes de culture de cannabis. Cela signifie qu’elles ne fondent pas en raison de la chaleur de vos lumières, et offrent les meilleurs niveaux de réflectivité parmi toutes les options listées ici. Les tentes de culture sont également très faciles à monter et sont généralement livrées avec tout ce dont vous avez besoin pour arriver à une bonne récolte. Vérifiez la présence de petites bulles ou de poches qui se forment dans les murs de la tente, car elles réduiront la réflectivité de votre espace.
  • Peinture au latex blanc mat : la peinture au latex blanc mat est disponible dans tous les magasins de peinture et offre une grande réflectivité (entre 85 et 95 %). Elle est également très facile à appliquer et ne crée pas de petites poches ou de bulles (comme les murs de tentes de culture) qui peuvent diminuer la réflectivité dans votre espace de croissance.
  • Film plastique panda : le film plastique panda est une sorte de film que vous pouvez facilement installer le long des murs de votre chambre de culture, à l’aide de clous ou de velcro. Il offre également des niveaux de réflectivité similaires à ceux d’une peinture au latex blanc mat (85-95 %). Le film plastique panda, cependant, peut revenir cher, surtout si vous en avez besoin de beaucoup. De plus, le plastique peut aussi fondre s’il devient trop chaud à cause des lumières. Comme pour les murs de la tente, vous devrez éviter que le plastique ne forme des bulles ou des poches.

3. GÉRER DE LÉGÈRES FUITES

Rappelez-vous que les plants de cannabis sont très sensibles à la lumière, surtout pendant leurs périodes d’obscurité. Toute lumière qui pénètre dans votre espace de culture pendant vos périodes d’obscurité peut perturber le rythme de vos plantes et causer du stress.

Les cultivateurs débattent souvent de l’incidence des fuites de lumière sur les plantes. Certains affirment que même les plus petites fuites peuvent stresser inutilement vos plantes, tandis que d’autres pensent que le problème est un peu exagéré.

Nous avons tendance à croire les premiers, et nous conseillons toujours aux nouveaux cultivateurs de prendre le temps de faire des tests pour voir s’il y a de légères fuites dans leur chambre de culture.

Les petites fuites peuvent en fin de compte ralentir la croissance des plantes et affecter la taille et la qualité de vos récoltes. Dans certains cas, les fuites de lumière peuvent également provoquer l’hermaphrodisme.

Il est facile de détecter les petites fuites. Si vous cultivez dans une pièce, allumez simplement vos lumières, restez à l’extérieur de la pièce et repérez les petits rayons de lumière qui s’en échappent. Après tout, si la lumière s’échappe de votre chambre, vous pouvez être sûr qu’elle s’infiltrera également.

Ensuite, faites l’inverse ; tenez-vous dans votre chambre de culture éteinte et recherchez les fuites de lumière. Vous trouverez souvent des fuites de lumière autour des portes et des fenêtres.

Si vous cultivez à l’intérieur d’une tente, d’un placard, ou de tout autre espace dans lequel vous ne pouvez pas physiquement entrer, faites l’essai à partir de l’extérieur de l’espace de culture, en cherchant les rayons lumineux qui s’échappent de votre installation de culture.

Si vous trouvez des fuites, assurez-vous de les couvrir. La façon de procéder varie selon la taille et l’emplacement de la fuite. Voici quelques options fréquentes :

  • Scotch de masquage. Ce produit est peu coûteux et peut facilement être installé sur de petites fuites autour des fissures des portes et des fenêtres, ainsi que sur les déchirures des murs réfléchissants.
  • Film panda et plastique. C’est parfait pour couvrir de plus grandes fuites et peut être utilisé pour couvrir de plus grands espaces comme des portes et des fenêtres entières. C’est plus cher que le scotch de masquage, mais très efficace.

4. INSTALLER UN FILTRE À AIR

4. INSTALLER UN FILTRE À AIR

À moins que vous n’ayez la chance de vivre dans une région où la culture de L’herbe est légale, il y a de fortes chances que vous souhaitiez garder votre exploitation plutôt secrète. Vous voudrez donc minimiser l’odeur de vos plantes.

L’une des meilleures façons d’y parvenir est d’utiliser un filtre à air. Ces filtres filtrent littéralement l’air de votre espace de culture et « nettoient » toutes les odeurs.

La plupart des cultivateurs de cannabis optent pour des filtres à charbon ou des épurateurs. Ce sont les mêmes types de filtres utilisés pour filtrer l’odeur des échappements de voiture, vous pouvez donc être sûr qu’ils feront du bon travail et nettoieront l’air de votre chambre de culture.

La technique derrière ces filtres est simple : l’air passe à travers le filtre, qui contient du charbon actif, qui absorbe les odeurs et autres impuretés de l’air avant de les renvoyer à nouveau.

La méthode la plus courante d’installer des filtres à charbon est de les fixer à votre système d’extraction (voir ci-dessous). De cette façon, l’air chaud de l’intérieur de votre chambre de culture est aspiré à travers le filtre et purifié, avant d’être envoyé à l’extérieur.

Si vous ne cultivez qu’une ou deux plantes, vous pourrez probablement couvrir l’odeur de votre espace de culture sans utiliser de filtre. Cependant, toute chambre de culture de taille moyenne à grande devrait utiliser un filtre et un système d’extraction de haute qualité pour éviter d’attirer des curieux non désirés.

5. INSTALLER UN SYSTÈME DE VENTILATION

Au début de cet article, nous avons mentionné l’importance de la circulation d’air pour les plantes de cannabis. L’installation d’un système de ventilation de qualité est la meilleure façon de s’assurer que vos plantes reçoivent suffisamment d’air frais, tout au long de leur cycle de croissance.

Dans la nature, les plantes de cannabis s’épanouissent avec une légère brise. Cela protège les plantes contre la moisissure, la pourriture des têtes, et l’oïdium blanc, ainsi que contre les nuisibles comme les moucherons, les acariens, etc…

De plus, une circulation d’air régulière aide également à gérer la chaleur et l’humidité autour des plantes et à évacuer l’humidité après des événements météorologiques comme de la pluie. Enfin, de légères brises aident aussi les plantes à développer des branches et des tiges fortes pour se plier et se balancer avec le vent.

Lorsque vous cultivez du cannabis en intérieur, vos plantes n’auront pas à supporter la pluie. Cependant, elles seront tout de même sensibles à plusieurs des mêmes nuisibles et maladies que les plantes en extérieur. Vous devrez donc installer un système de ventilation de qualité pour fournir à vos plantes une circulation d’air optimale.

La façon la plus simple d’augmenter la circulation de l’air dans votre chambre de culture intérieure est d’utiliser des ventilateurs. La plupart des cultivateurs placent stratégiquement quelques ventilateurs aux murs le long de leur espace de culture pour créer une brise légère mais régulière, tout le long de la canopée de leurs plantes.

Pour aider à gérer la chaleur et l’humidité dans un espace de culture, la plupart des cultivateurs installent également des systèmes d’extractions conçus pour extraire l’air chaud et étouffant de l’espace de culture, et laisser de la place pour de l’air frais.

La plupart des cultivateurs installent leur extracteur au-dessus de leur lumière, où l’air chaud s’accumule habituellement. Ensuite, ils utilisent généralement quelques ventilateurs ordinaires pour garder l’air en mouvement à l’intérieur de la chambre de culture.

Voici quelques conseils pour installer des ventilateurs et des systèmes d’extraction dans votre espace de culture intérieur :

  • Ne pointez pas des ventilateurs puissants directement sur les plantes. À la place, essayez de créer un flux d’air régulier à travers la canopée...
  • Vérifiez toutes les zones de votre espace de culture après avoir installé les ventilateurs pour vous assurer que l’air circule dans toute la pièce/zone.
  • N’oubliez pas que les vents forts peuvent causer des brûlures et stresser vos plantes. Gardez une légère brise, mais régulière.

6. INSTALLER LA LUMIÈRE

6. INSTALLER LA LUMIÈRE

La lumière est le centre d’une culture en intérieur. Après tout, les plantes de cannabis ont besoin de beaucoup de lumière pour pousser et produire de délicieuses têtes.

Installez des lumières de façon à recouvrir le plus possible vos plantes. Vous voudrez probablement faire des essais avec le positionnement de vos plantes pour vous assurer qu’elles sont toutes bien couvertes.

Rappelez-vous que les lumières peuvent devenir chaudes et qu’elles doivent être gardées à l’écart de tout matériau potentiellement inflammable.

Il existe des centaines de lumières de culture à votre disposition. Le choix de la bonne solution dépend vraiment de la taille de votre chambre de culture, de votre expérience avec le cannabis, et de votre budget.

Voici quelques-unes des options d’éclairage les plus populaires utilisées pour cultiver de l’herbe en intérieur :

  • Lampes fluorescentes compactes (CFL) : il s’agit probablement de l’option d’éclairage la plus populaire parmi les cultivateurs débutants. Elles sont assez bon marché, mais ils leurs manquent la puissance des lumières de culture professionnelle comme celles mentionnées ci-dessous.
  • Éclairage fluorescent (T5 / T8) : les lampes fluorescentes T5 et T8 sont généralement conçues pour être utilisées avec des plantes qui requièrent des intensités lumineuses inférieures à celles du cannabis. Par conséquent, elles doivent généralement être installées très près de la canopée de la plante pour être efficaces. Néanmoins, certains cultivateurs obtiennent encore de bons résultats en utilisant ces lampes.
  • Éclairage LED : l’éclairage LED est beaucoup plus cher que les options fluorescentes que nous avons mentionnées plus haut. Cependant, elles sont aussi beaucoup plus puissantes et peuvent apporter beaucoup de lumière à vos plantes si vous les utilisez correctement. Si vous décidez de choisir l’option LED, n’oubliez pas de faire des recherches sur votre modèle pour vous assurer que vous l’installiez correctement.
  • Halogénures métalliques (MH) et Haute Pression Sodium (HPS) : Ce sont les meilleures lampes de culture pour le cannabis. Elles sont très puissantes, relativement bon marché, et particulièrement faciles à installer. La plupart des cultivateurs en intérieur optent pour des lampes aux halogénures métalliques ou à haute pression sodium.

7. INSTALLER VOS ACCESSOIRES

Nous avons déjà traité plus haut de la plupart des grosses pièces d’équipement que vous devrez installer dans votre chambre de culture. Une fois tout cela organisé, il est temps de vous procurer et d’installer tous vos petits équipements et accessoires.

Voici une liste des équipements supplémentaires dont vous aurez besoin pour votre espace de culture :

  • Des pots. Les tailles dépendent de la taille que vous voulez donner à vos plantes.
  • Un pH-mètre. Utilisé pour mesurer les niveaux de pH de votre sol et s’assurer un bon environnement pour vos plantes.
  • Thermomètre/hygromètre. Utilisé pour mesurer la température et l’humidité de votre chambre de culture.
  • Milieu de culture/terre. Il existe différents milieux de culture pour vos plantes de cannabis. Choisir le bon dépend de vos compétences en tant que cultivateur et de vos préférences.
  • Sécateur. Utilisé pour tailler les plantes.
  • Pulvérisateur. Utilisé pour appliquer des pesticides.
  • Seaux.
  • Nutriments et engrais. Utilisé pour nourrir vos plantes.
  • Minuteries. Utilisé pour contrôler automatiquement vos lumières de culture.

8. FAITES ENTRER VOS PLANTES

8. FAITES ENTRER VOS PLANTES

Suivez les 7 dernières étapes et vous aurez une chambre de culture décente. Maintenant, tout ce dont vous avez besoin, c’est de quelques plantes pour commencer !

Commencez par choisir quelle variété cultiver. Il existe des milliers de variétés, chacune avec ses avantages et inconvénients. Le choix de la variété dépend entièrement de vous. Plus important encore, cultivez une variété que vous aimerez fumer, mais qui convient tout de même à votre expérience et à votre chambre de culture. Vous pouvez en apprendre un peu plus sur les différentes variétés de cannabis en consultant notre base de données.

Une fois que vous avez choisi une variété, il est temps de rentrer vos plantes. Il existe plusieurs façons, notamment :

  • Cultiver directement à partir d’une graine. C’est très courant, mais cela signifie que vous devrez savoir comment faire germer des graines correctement. Si c’est le cas, nous vous recommandons d’utiliser des graines féminisées pour éviter de se prendre la tête avec des mâles (à moins que vous ne projetiez de faire des croisements).
  • Utiliser des boutures. Certains cultivateurs choisissent d’acheter des boutures pour éviter de devoir faire germer leurs propres graines. Si vous choisissez cette option, n’oubliez pas de vous procurer vos boutures auprès d’une source fiable.

9. ÊTRE PATIENT ET DONNER DE L’AMOUR !

Une fois que vous avez apporté vos semis/boutures, c’est le moment d’être patient. Cultiver de la bonne herbe prend du temps, et vous devrez porter une attention particulière aux besoins de vos plantes.

Les plantes de cannabis ont 2 phases de culture distinctes. La phase végétative est caractérisée par une croissance végétative vigoureuse, au cours de laquelle les plantes développent des « emplacement pour leurs têtes », puis elles passent à la phase de floraison, au cours de laquelle elles se concentrent sur le développement de grosses et magnifiques têtes.

Les détails exacts de la culture du cannabis varient selon la variété que vous avez décidé de cultiver, et des phénotypes spécifiques avec lesquels vous travaillez. Le plus important est de porter une attention particulière à vos plantes et de lire régulièrement nos articles sur la culture pour obtenir des conseils sur le palissage, la nutrition, la taille, et plus encore.

10. LA RÉCOLTE

10. LA RÉCOLTE

Après 6 à 12 semaines, vos plantes seront généralement prêtes pour la récolte.

Vous remarquerez d’abord que vos têtes cesseront de développer des poils blancs. Vos plantes devront également être très parfumées, et leurs têtes doivent avoir l’air rondes.

Puis, vous remarquerez que les pistils blancs s’assombrissent lentement, généralement légèrement vers le rouge ou l’orange. Ces poils commenceront également à se courber vers l’intérieur au fur et à mesure que les têtes mûrissent.

Attendez qu’au moins 40 % des pistils de vos têtes commencent à s’assombrir. Cela marque le début de la période de récolte. Les têtes récoltées à ce moment produiront généralement un effet plus stimulant et seront légèrement moins puissantes.

Certains cultivateurs peuvent attendre un peu plus longtemps pour récolter, jusqu’à ce que 50-70 % des pistils soient assombris. On dit que c’est le moment où les taux de THC dans les têtes sont au plus haut. Les têtes récoltées après cette période produiront des effets plus relaxants.

Une fois que vous avez récolté vos têtes, il est temps de les tailler et de les sécher. Cela peut prendre jusqu’à 2 semaines. Vous devrez sécher vos têtes lentement en les suspendant à l’envers et en les conservant dans des bocaux de verre de qualité et scellés, une fois qu’elles sont prêtes.

Puis, une fois que vous avez récolté et affiné vos têtes, il est temps de vous détendre, de vous en allumer un et de savourer le fruit de votre travail !

N’oubliez pas que les informations présentées ici sont généralisées et sont conçues pour servir d’introduction de base aux différentes étapes nécessaires à la culture du cannabis. N’oubliez pas de consulter régulièrement notre blog pour obtenir des articles plus détaillés sur les divers aspects de la culture du cannabis en intérieur.