Le cannabis peut-il soigner le hoquet?


Le cannabis peut-il soigner le hoquet?

Nous entrons actuellement dans l’âge d’or de la recherche sur le cannabis, et une des dernières découvertes à faire les gros titres est la suivante : le cannabis pourrait guérir du hoquet.

Mais contrairement à la plupart des recherches sur le cannabis qui font les gros titres de nos jours, les faits scientifiques qui la constituent sont connus depuis 1990, période à laquelle un patient souffrant d’un hoquet persistant n’aurait pas trouvé son soulagement ailleurs que dans la weed.

QU’EST-CE QUE LE HOQUET PERSISTANT ?

Avouons-le, il nous arrive à tous d’avoir le hoquet de temps en temps. Mais un cas typique de crise de hoquet ne durera que quelques minutes seulement. Cependant, certaines personnes souffrent de cas plus longs et plus sévères de hoquet, qui finissent par perturber leur vie quotidienne, leur alimentation, leur cycle de sommeil, et bien d’autres encore.

Le hoquet persistant est un souci de santé tout ce qu’il y a de plus légitime, et peu importe qu’il vous paraisse étrange, c’est un problème très sérieux. Les patients souffrant de cas de hoquet persistant peuvent le subir pendant des jours et des jours, WebMD clame même que le record du plus long cas de hoquet persistant jamais enregistré aurait duré plus de 60 ans (cette information étant à prendre avec des pincettes).[1]

Le hoquet persistant est généralement un symptôme causé par une ou plusieurs causes sous-jacentes. Cela peut inclure toutes sortes de soucis de santé, allant de la méningite, à l’encéphalite, et même aux attaques cardiaques. Une fois que la cause sous-jacente est traitée, le hoquet s’effacera normalement par lui-même.

Un hoquet chronique peut avoir des effets dévastateurs sur un patient, et les empêcher de vivre leur vie quotidienne normalement. Ils affectent le plus souvent les schémas d’alimentation, d’hydratation et de sommeil du patient, ce qui peut à la longue mener à des problèmes bien plus importants, tels que des pertes extrêmes de poids, des déshydratations et des cas de surmenage.

De plus, les cas de hoquets persistants peuvent avoir des effets très profonds sur l’humeur des patients qui en sont atteints. La plupart des gens s’accordent à dire que subir ces hoquets est très inconfortable, même lorsqu’ils ne durent que quelques minutes. Lorsqu’ils sont étendus sur de longues périodes de temps, cependant, ils peuvent devenir extrêmement difficile à gérer et à supporter.

LE CANNABIS PEUT-IL TRAITER LE HOQUET ?

LE CANNABIS PEUT-IL TRAITER LE HOQUET ?

Selon une étude publiée dans le journal médical The Lancet, le cannabis peut en effet soigner le hoquet persistant.[2]

L’étude a été publiée en 1998 et s’est concentré sur un patient atteint du VIH et ayant un historique de candidose œsophagienne, et d’infection de l’œsophage, l’œsophage étant le tube musculaire connectant la gorge (le pharinx) à l’estomac. Après avoir subi une chirurgie d’ordre mineurs, le patient s’est mis à développer un cas chronique de hoquets.

Les docteurs lui ont donc d’abord prescrit de la chlorpromazine (plus connue sous le nom de Thorazine), un médicament antipsychotique, souvent utilisé pour contrôler les troubles psychotiques liés à la schizophrénie, mais aussi souvent prescrit en tant que remède contre le hoquet. Pour ce patient en particulier, cela n’aidait qu’à contrôler le hoquet durant son sommeil.

Le patient se vit ensuite prescrire de la nifédipine, du valproate, du lansoprazole et de la lidocaïne par voies intraveineuses, tous étant restés sans effet. Lors du 6e jour suivant l’apparition du hoquet, les docteurs s’occupant du patient ont donc décidé de tenter l’acupuncture, ce qui a permis de contrôler les symptômes pour une période d’à peu près une heure suivant la séance.

Les docteurs essayèrent également d’autres alternatives, comme enlever un poil du conduit auditif du patient avant de l’anesthésier avec de la marcaine. Malheureusement pour le patient, rien de ce qu’ils n’avaient essayé ne pouvait lui fournir de réels soulagements.

Lors du 8e jour, les docteurs lui prescrivirent de la marijuana médicale, et cela a fonctionné : le hoquet a donc disparu. Le lendemain, il se faisait de nouveau sentir, mais le patient réussit à s’en débarrasser grâce à une autre dose de cannabis.

ALORS DEVRAIT-ON UTILISER LE CANNABIS CONTRE LE HOQUET ?

L’étude publiée dans The Lancet était à la fois la première et la dernière dans son genre. Il est également important de réaliser que l’étude a été conduite en 1998, l’équivalent de l’âge de pierre quant à la recherche sur le cannabis.

Les auteurs de l’étude eux même ont reconnu que malgré leur découverte, il y avait peu de chance que d’autres études se plongent sur la possibilité d’utiliser le cannabis en tant que traitement du hoquet persistant. Et, jusqu’aujourd’hui tout du moins, ils avaient raison.

Étant donné qu’il n’y a eu aucune recherche supplémentaire sur ce sujet, il est clairement impossible d’en venir à n’importe quelle conclusion ou hypothèse au sujet de la manière dont le cannabis pourrait fonctionner afin de combattre le hoquet.

Il y aura sans aucun doute des gens qui prendront l’information de cette étude pour argent comptant et qui clameront que le cannabis est le nouveau remède miracle pour le hoquet. Et qui sait, ça pourrait être vrai.

Alors, si vous sentez le besoin d’allumer un spliff afin de combattre un cas sévère de hoquet, lancez-vous et essayez. Mais soyons honnête, votre hoquet se sera probablement effacé d’ici à ce que vous ayez roulé votre joint ou rempli votre bang.

Les références

  1. ^ Web MD, What are Intractable Hiccups?, récupéré December-18-2018
    Lien
  2. ^ The Lancet, Marijuana for intractable hiccups, récupéré December-18-2018
    Lien