High Maintenance (2016) : Critique de série TV pour fumeurs


Avec en vedette : Ben Sinclair
Produit par : Ben Sinclair et Katja Blichfeld
Chaine : HBO
Durée : 2016 à aujourd’hui

High maintenance (2016) : critique de série tv pour fumeurs

Nous en sommes presque au point où l’on pourrait dire que la consommation de cannabis devient trop courante et qu’elle est insultée par Hollywood et la télévision grand public.

C’est donc une surprise bienvenue que de voir une série télévisée qui dépeint une image très attrayante d’un dealer d’herbe new-yorkais et de ses clients dans « High Maintenance ».

A l’opposé des sitcoms pour fumeurs comme « Disjointed », qui se moquent le plus souvent des consommateurs de cannabis, « High Maintenance » tourne autour de gens normaux et montre la ville de New York à travers une variété de ces gens ordinaires (qui se trouvent être des consommateurs de cannabis) et un livreur d’herbe, simplement appelé « The Guy », qui circule dans la ville et entre dans leur vie et leur maison en livrant de l’herbe.

Ses clients varient de médecins, à avocats, des hipsters, des parents, des patients cancéreux, des gens normaux comme vous et moi. C’est agréable de voir à quel point le contenu d’une série d’une demi-heure est frais et profond, car les histoires ne tournent pas seulement autour de l’herbe et, bien que ce soit une comédie, elles peuvent même devenir assez sérieuses en creusant un peu plus profondément dans la vie des différents personnages.

Les auteurs intelligents et talentueux de la série, Ben Sinclair, qui joue également « The Guy », et sa femme Katja Blichfeld, ont lancé la série pour la première fois en 2012 sous forme de web-série. La série a ensuite été récupérée par HBO en 2016 avec 6 épisodes fantastiques qui ont fait la lumière sur les personnes diverses et excentriques vivant dans la fumée parfois sombre de New York.

La saison 2 de « High Maintenance » sera présentée en première au début de l’année 2018 et nous avons personnellement hâte de voir comment vont The Guy et son équipe.