Moins c’est mieux : comment bien doser le cannabis


Moins c’est mieux : comment bien doser le cannabis

Ça nous est tous arrivé ; après avoir profité de ce que vous pensiez être une fumée relaxante ou un soulagement (si vous êtes un consommateur de cannabis à des fins médicales), vous vous sentez soudainement anxieux, nauséeux, étourdi, ou même extrêmement paranoïaque.

Le cannabis d’aujourd’hui peut facilement contenir 20, et dans de rares cas 30 % de THC. Compte tenu de sa puissance, les consommateurs sont devenus extrêmement prudents en matière de dosage, optant pour des doses plus petites et plus contrôlées afin d’éviter les effets négatifs produits par des doses élevées de THC.

S’ÉLOIGNER DU THC COMME SEUL POINT DE MIRE

Au cours des années 90, un phénomène très intéressant a pris le monde du cannabis car il semble qu’une fois que les sélectionneurs ont appris que le THC était la principale substance psychoactive du cannabis, tout le monde s’est mis à ne faire qu’une chose : créer des variétés ultra-puissantes avec la plus haute teneur en THC possible.

Dans un sketch célèbre, Louis CK résume parfaitement la tendance de sélection du cannabis :

« Je suis dans un parking avec ces gosses et on fume un joint. Et je prends cher car je n’en avais aucune idée. Je n’avais aucune idée qu’ils avaient travaillé sur cette merde comme si c’était le remède contre le cancer », dit-il.

« Quand j’étais jeune, on pouvait fumer un joint pendant un moment. Maintenant tu prends 2 lattes et tu deviens fou. Ce n’est plus faisable. »

Selon le US National Institute on Drug Abuse, la puissance du cannabis est passée d’environ 4 % dans les années 1980 à 15 % (à partir de 2012).

Mais voilà le plus intéressant : la plupart des consommateurs de cannabis, à la fois récréatifs et surtout médicaux, ne sont pas à la recherche de variétés super fortes qui les laisseront assommés sur le canapé.

Si vous consommez régulièrement du cannabis, il y a de fortes chances que vous sachiez ce que c’est que de « comater ». Tout comme l’alcool, le tabac ou toute autre substance, une consommation excessive de THC peut produire toute sorte d’effets négatifs, dont de l’anxiété, de la paranoïa, une transpiration abondante, des nausées, et même des vomissements.

Le fait que la surconsommation de THC produise des effets négatifs signifie que les consommateurs de cannabis devraient rechercher des variétés équilibrées. Bien que vous soyez toujours à la recherche de variétés qui produisent des effets puissants et durables, vous voulez aussi celles qui sont gérables et agréables. Après tout, personne n’apprécie être trop défoncé, finir paranoïaque sur le canapé, ou devoir quitter une fête juste parce que leur herbe était trop forte.

Néanmoins, la plupart des variétés que vous trouverez dans les coffeeshops, les dispensaires, les cannabis clubs ou même dans la rue ont tendance à afficher des niveaux particulièrement élevés en THC.

Au cours de la dernière décennie cependant, d’autres cannabinoïdes (comme le CBD) ont reçu plus d’attention en raison de leurs propriétés médicales et de plus en plus de variétés sont créées avec des quantités élevées de CBD ainsi que d'autres cannabinoïdes comme le THCV et le CBDV.

Se défoncer n’est plus l’objectif le plus important de la consommation de cannabis, car de nombreuses personnes se tournent vers la marijuana pour ses bienfaits médicaux.

EN FAISANT ATTENTION À VOTRE DOSAGE, VOUS RENDREZ TOUT MEILLEUR.

EN FAISANT ATTENTION À VOTRE DOSAGE, VOUS RENDREZ TOUT MEILLEUR.

Vous avez probablement entendu parler du concept de microdosage. C’est l’une des dernières tendances dans le monde du cannabis, et c’est l’une des meilleures façons de modérer les effets du cannabis super-fort avec des niveaux élevés de THC.

Le concept de microdosage de cannabis est simple : plutôt que de s’asseoir pour fumer un joint entier tout seul, essayez d’en consommer de plus petites quantités, de laisser les effets agir, puis de faire suivre d’une autre « micro-dose » si nécessaire.

Le microdosage est la meilleure façon de contrôler les effets du cannabis sur votre corps. Rappelez-vous que, comme la plupart des autres substances récréatives, le cannabis a un effet biphasique. À plus petites doses, il peut vous donner un sentiment de détente, de concentration et de lucidité. Cependant, à des doses plus élevées, il peut vous rendre groggy, somnolent, anxieux, etc.

Pour certaines personnes, cela leur permet de récolter les bienfaits du cannabis pour la santé sans avoir à faire face à un fort buzz psychédélique (c’est vrai pour beaucoup de consommateurs médicaux qui pourraient consommer du cannabis pendant la journée pour soulager les symptômes au travail, par exemple).

Pour les utilisateurs récréatifs, par contre, le microdosage leur permet d’obtenir le bon type de high. Bien que cela puisse prendre un peu plus de temps pour atteindre ce type d’effet, le microdosage évite de vous rendre trop « stone » et de sentir que vous êtes sur le point de fondre et de couler à travers le plancher.

COMMENT MICRODOSER LE CANNABIS

COMMENT MICRODOSER LE CANNABIS

Alors, comment mesurer une micro dose ? Selon The Third Wave, 5 mg de THC est le point de départ idéal pour le microdosage. Certains consommateur réduisent même la taille de leur dose à 2,5 mg.

La façon la plus simple d’obtenir une dose aussi précise est d’utiliser des comestibles qui indiquent clairement la quantité exacte de THC qu’ils contiennent. Par exemple, si vous avez pris une barre de chocolat infusé au THC dans votre dispensaire local, tout ce que vous avez à faire est de diviser une portion jusqu’à ce que vous obteniez la bonne quantité pour votre dose.

En vaporisant ou en dabbing de concentrés, vous feriez quelque chose de similaire. Si vous avez la chance de pouvoir acheter légalement des concentrés de cannabis avec une étiquette appropriée, prenez la quantité totale de THC dans le concentré et divisez-la jusqu’à ce que vous obteniez une dose de 2,5 à 5 mg.

Malheureusement, si vous fumez des fleurs de cannabis sèches dans une pipe ou un joint, il est beaucoup plus difficile de mesurer une dose. Cependant, voici une formule de base pour vous aider à accorder plus d’attention à votre dose de cannabis lorsque vous fumez.

Disons que votre herbe contient environ 10 % de THC. Cela signifie qu’un gramme de fleurs séchées contient environ 100 mg. Par conséquent, vous pouvez mesurer environ 0,2 à 0,5 g de fleurs sèches pour rouler un joint qui contient environ 20 à 50 mg de THC.

Puis vous l’allumez, vous prenez quelques tafes, laissez les effets s’installer, puis reprenez les choses à partir de là. Si vous en avez besoin d’un peu plus, vous n’avez qu’à prendre quelques lattes de plus. Si ce n’est pas le cas, mettez le joint de côté et fumez-le plus tard.

DERNIÈRES RÉFLEXIONS SUR LE DOSAGE

Malheureusement, nous n’avons pas tous la chance de vivre dans des régions où le cannabis est vendu légalement et clairement étiqueté. En fait, il est beaucoup plus probable que vous viviez dans une région où le cannabis est encore illégal et vous n’avez littéralement aucune idée de la quantité de THC (ou d’autres cannabinoïdes) qu’il contient.

Si c’est votre cas, il est littéralement impossible de mesurer une dose précise de cannabis. Mais ne stressez pas, vous pouvez quand même micro-doser. Tout ce que vous avez à faire, c’est d’y aller doucement et régulièrement.

La prochaine fois que vous vous asseyez pour fumer ou vaporiser, commencez par consommer un peu moins de cannabis que d’habitude. Ensuite, prenez quelques lattes de votre pipe/joint/vaporisateur et arrêtez-vous. Attendez environ 15 minutes, évaluez comment vous vous sentez et ajustez votre dose au besoin.

Il en va de même pour les comestibles. Commencez par ¼ ou ½ d’une portion et attendez environ 45 minutes pour voir comment cela vous affecte. Gardez à l’esprit que les comestibles peuvent prendre beaucoup plus de temps à faire effet, simplement parce qu’ils doivent passer par le tube digestif pour que le THC soit absorbé dans votre corps.