VIP de la Marijuana : Bernie Sanders


VIP de la Marijuana : Bernie Sanders
Max Sargent

Bernie Sanders n'est pas étranger aux causes progressistes. Le cannabis en est une. Cela pourrait aussi bien devenir une des discussions politiques les plus importantes en vue de la prochaine élection présidentielle. Allez Bernie !

Bernie Sanders est un politicien américain qui s'est présenté comme candidat du « troisième parti » ou candidat indépendant pendant la plupart de sa vie. Il a démarré sa carrière politique au Vermont dans les années 1970 comme socialiste.

La plupart des personnes le connaissent de nos jours comme un des politiciens socialistes ayant le plus réussi aux États-Unis, comme le type à l'air rigolo qui a presque battu Hillary, et bien entendu comme un des principaux défenseurs de la légalisation fédérale du cannabis.

BRÈVE PRÉSENTATION DE BERNIE SANDERS

Sanders est né à Brooklyn dans la ville de New York dans une famille de la classe ouvrière, immigrée et juive polonaise. Il a déclaré que personne dans sa famille n'avait manqué de nourriture ou d'habits, mais que les « achats majeurs » comme les tapis et les rideaux posaient problème. Ses deux parents sont morts avant qu'il ne dépasse la vingtaine.

Il s'est toujours intéressé à la politique. Son intérêt a été suscité par les expériences vécues par la génération de ses parents, réfugiés européens fuyant l'Holocauste hitlérien.

En 1964, Sanders a été diplômé de l'Université de Chicago. Lors de ses études, il s'est associé aux groupes de défense des droits civiques non-violents. Il s'est également enregistré comme objecteur de conscience lors de la guerre du Vietnam. Il a échappé à la conscription. Cependant, lors de ses mandats, il n'a jamais critiqué les anciens combattants et s'est toujours battu pour défendre leurs droits.

En 1968, Sanders a déménagé au Vermont et s'est directement lancé en politique. Tout d'abord comme responsable de campagne, puis ensuite comme politicien. Il a fini par remporter sa première campagne en 1981 grâce à une avance de 10 voix pour le siège de maire de Burlington. Burlington est la plus grande ville du Vermont.

En continuant toujours à se considérer comme socialiste, en 1990, Sanders a été élu à la Chambre Fédérale des Représentants des États-Unis. En 2006, il est devenu sénateur junior pour l'état du Vermont.

Le 30 avril 2015, Sanders est entré en compétition avec Hillary Clinton pour la nomination à l'élection présidentielle du parti démocrate. La campagne a été significative. Au début considéré comme un « socialiste sans aucune réelle chance », il a fini par remporter 23 primaires et caucus, ainsi que 43 % des délégués mandatés.

Il a continuellement refusé d'accepter des financements issus d'intérêts spéciaux ou PAC durant la campagne.

Sa présence forte au cours du processus de nomination démocrate et la défaite d'Hillary Clinton face à Trump ont cimenté sa réputation comme forte voix nationale américaine à gauche.

La réticence à adopter des idées parmi les plus basiques du programme de Sanders a également clairement coûté non seulement la perte de soutien populaire au parti, mais aussi la perte de son travail pour Debbie Wasserman Schultz, à la tête du Comité National Démocratique.

Des e-mails ont fuité après la victoire de Clinton à la nomination et ont révélé que Wasserman Schultz avait saboté la campagne de Sanders afin de donner l'avantage à Hillary dans la course à la nomination.

UN CHAMPION DES CAUSES PROGRESSISTES

Il n'y a pas une seule cause « progressiste » dans laquelle Sanders n'a pas été impliqué en tant que politicien élu au niveau fédéral.

Ceci inclut un éventail de causes « vertes », y compris des positions anti-nucléaires. Sanders a également soutenu un ensemble de projets de loi durables pour la communauté afin de protéger les infrastructures électriques et d'eau, ainsi que les espaces verts.

Il a constamment critiqué le Patriot Act, une des lois fédérales post-11 septembre allant très loin dans les attaques sur les droits civiques. Il s'est également toujours opposé aux guerres en Irak et en Afghanistan. C'est un féroce défenseur de la liberté sur internet.

Durant la première décennie de ce nouveau siècle, il s'est fortement positionné en faveur de la réforme bancaire. Il a ainsi voté contre le sauvetage des banques après la crise financière de 2008. La raison qu'il a avancée ? C'était un « projet de loi providence » pour les milliardaires.

Il s'est constamment positionné en faveur des travailleurs.

Aux États-Unis, beaucoup se sentent encore concernés par son slogan de campagne, « feel the Bern ». C'est pourquoi on s'attend largement à ce que Sanders se présente à nouveau à l'élection présidentielle en 2020.

BERNIE ET LA BATAILLE POUR LA LÉGALISATION DU CANNABIS

Sanders est un des rares politiciens de la génération du Baby-Boom à avoir toujours été pro-réforme du cannabis. En fait, il est le seul à avoir un passé et une approche sans aucune hypocrisie sur la légalisation au niveau fédéral en Amérique.

Il admet volontiers avoir essayé de fumer de l'herbe dans sa vie et, durant la campagne présidentielle de 2016, il est devenu le premier candidat majeur à soutenir la légalisation du cannabis. C'est cette position, parmi d'autres, qui semble avoir motivé les jeunes de la génération Y à voter pour lui.

Actuellement, c'est un des soutiens du Marijuana Justice Act, la réforme législative sur le cannabis la plus étendue à avoir jamais été présentée au Congrès américain. Si elle est adoptée, elle sortira le cannabis du champ du Controlled Substances Act.

Ceci permettrait alors aux états de légaliser le cannabis sans craindre d'interférence fédérale. Cela priverait également de financements fédéraux les états qui continuent à criminaliser la substance et à avoir des taux d'arrestation et d'incarcération ethniquement disproportionnés en lien avec la consommation de cannabis. Les cours fédérales seraient obligées d'annuler les condamnations précédentes et les personnes condamnées auraient la possibilité de poursuivre au civil ces états.

FEEL THE BERN

Bernie Sanders a une très forte influence sur l'opinion publique américaine et dans le monde entier, ce qui fait de sa défense du cannabis un aspect important de la réforme au niveau mondial. En tant que politicien constant qui a toujours eu les mêmes valeurs progressistes tout au long de sa vie, l'héritage de Sanders en tant que VIP de la Marijuana restera vivant bien après lui.

Nous ne pouvons qu'espérer que plus de politiciens adoptent son ouverture d'esprit sur la politique et le cannabis. Allez Bernie !

Max Sargent
Max Sargent

Max écrit au sujet du cannabis et des psychédéliques depuis plusieurs années maintenant. Convaincu qu’une attitude honnête et ouverte envers les drogues et les réglementations les concernant pourrait améliorer la vie de beaucoup, il cherche à proposer des opinions profondes et développées sur ces sujets.