Eau de pluie, du robinet et nappes phréatiques : la différence


Eau de pluie, du robinet et nappes phréatiques : la différence

Les différentes sources d'eau pour vos plants de cannabis bien-aimés ne devraient pas vraiment entrer en compétition. La plupart des sources d'eau disponibles pour le cultivateur de cannabis en intérieur moyen devraient être adaptée.

Cela doit devenir un automatisme de vérifier le pH et l'utilisation du chlore varie d'un pays à l'autre. Demandez juste à votre compagnie des eaux locales des informations sur leur eau.

C'est un document facilement disponible qui présentera une analyse détaillée de votre eau. La règle générale est que si vous ne boiriez pas l'eau vous-même, vous ne devriez pas l'utiliser pour mélanger les nutriments pour vos plants.

La triste réalité est que la pollution humaine a pénétré profondément dans l'écologie. Parler de la pluie comme d'une source d'eau immaculée est déjà un conte de fée depuis des décennies. La trace empoisonnée du consumérisme humain s'est faufilée dans les aquifères et sources de montagne.

Le plastique moléculaire, les substances chimiques synthétiques artificielles et la pollution brute sont difficiles à éviter, peu importe où on se trouve.

EAU DE PLUIE

Eau de pluie

Bien évidemment, toute l'eau est à un moment de l'eau de pluie – un terme générique pour parler de l'eau qui tombe du ciel, sous toutes ces formes. Une grande majorité des cours d'eaux majeurs dans le monde gonflent quand la pluie tombe et que les neiges fondent.

Beaucoup vont alors nourrir des barrages qui alimentent les villes en eau et en énergie hydroélectrique. Mis à part les sources d'eau gelées et l'eau préhistorique emprisonnée dans les strates rocheuses, toute l'eau est passée par l'étape eau de pluie à un moment ou un autre.

L'eau de pluie possède des propriétés magiques, mais elles sont de courte durée. Une fois qu'elle est collectée, les bienfaits momentanés des molécules supplémentaires disparaissent alors que l'eau atteint un équilibre. Tous les jardiniers ont remarqué que les plantes réagissent très vigoureusement à un arrosage naturel par la pluie.

Encore plus qu'avec un simple arrosage traditionnel. Ces qualités particulières de l'eau de pluie sont fugaces : une fois collectée dans des retenues et citernes, des seaux ou des réservoirs, elle devient simplement de l'eau fraîche.

L'eau de pluie est généralement légèrement acide, comme le dioxyde de carbone dissous donne un acide carbonique très faible. Après la pluie, l'alchimie des plantes absorbe le dioxyde de carbone de la solution acide d'eau de pluie et les plantes connaissent une poussée de croissance.

De même l'azote peut être dissous dans l'eau de pluie, ce qui donne aux plantes un second coup de pouce d'une molécule essentielle.

Une pluie généreuse s'infiltre en profondeur dans la terre, humidifiant le système racinaire complet des plantes, tout en transportant sa cargaison d'azote supplémentaire. La saturation de la pluie pénètre bien plus efficacement que l'arrosage artificiel. La plupart des gens n'arrosent pas assez leurs plants en extérieur.

EAU SOUTERRAINE

Eau souterraine

L'eau souterraine, des nappes phréatiques, est généralement de bonne qualité. L'eau potable est toujours recherchée pour l'homme, les plantes et le bétail. Les puits ou aquifères qui ont un pH déséquilibré à cause des solides dissous, comme le calcium issu des pierres calcaires, sont tolérés comme un mal nécessaire en l'absence de meilleures sources d'eau.

Il est conseillé de faire analyser votre eau si elle est particulièrement dure ; si votre savon ne mousse pas et que l'eau ne désaltère pas, la présence de minéraux rend l'eau plus alcaline.

Un TDSmètre ne mesure que le total des solides dissous et ne peut pas vous indiquer quels solides en particulier sont dissous. Il s'agit généralement de chlorure de calcium et de sodium, mais si vous voulez vraiment être sûr, une analyse de l'eau est possible. Si c'est un forage ou un puits privé, vous allez devoir la payer vous-même.

Les puits et aquifères ont joué un rôle primordial dans l'évolution de nombreuses civilisations loin des côtes ou des eaux navigables. Quand on est loin des rivières et de leurs tributaires, les puits et nappes phréatiques sont d'une importance capitale.

Il existe d'innombrables villes et cités dans les montagnes du monde entier où le centre de la ville est une source d'eau. L'antique Route de la Soie s'étirait entre des sources d'eau.

EAU DU ROBINET

Eau du robinet

Pour le cultivateur urbain, l'eau du robinet pourrait être issue d'une variété de sources. Toutes les sources citées précédemment sont utilisées pour l'eau du robinet. La majorité de l'eau en milieu urbain est filtrée avant d'arriver au consommateur.

La stérilisation par UV et osmose inverse est souvent utilisée à une échelle industrielle pour nettoyer des milliards de litres d'eau pour la consommation humaine. C'est toujours un sujet qui prête à controverse.

Du fluor et du chlore sont ajoutés à de nombreuses sources d'eau domestiques. C'est un choix personnel. Ces substances chimiques n'existent pas vraiment sous une forme absorbable par les êtres vivants dans la nature. Et pourtant, ils rendent un service d'hygiène publique primordial. Si vous voulez être sûr, les stations d'épuration d'eau à échelle domestique sont courantes et peu coûteuses.

Les villes plus anciennes peuvent avoir une eau qui durcit avec l'accumulation de minéraux dans les vieilles infrastructures. C'est la même choses pour les vieux bâtiments qui peuvent avoir une accumulation de plaques de dépôts dans les vieilles canalisations, ce qui peut rendre l'eau dure.

Des appareils simples existent pour le cultivateur moderne afin d'obtenir les informations nécessaires sur ce type de problème pour l'eau. Un EC/pH/TDS mètre est un de ces appareils fondamentaux dans l'arsenal du cultivateur. Utilisez-le souvent. C'est votre ami.

DE LA BONNE EAU

De la bonne eau

Une eau sans toxines, bien oxygénée, claire et au pH équilibré est une des bases pour une bonne culture de cannabis. L'eau est sans danger dans la plupart du monde développé. La qualité peut varier d'une source à l'autre, mais les variations de qualité restent généralement dans une fourchette adaptée à l'homme.

Si vous pouvez la boire, l'eau est alors généralement adaptée pour vos plants. En fait, vous êtes un organisme bien plus robuste que celui d'une plante. Si vos plantes tombent malades, c'est un système d'alarme et vous devriez vérifier l'eau que vous consommez.

Voici quelques règles de base à garder à l'esprit. Votre eau doit avoir un pH compris dans une fourchette de 5,8-6,2 selon l'étape de la vie du plant pour rester en toute sécurité. Si votre eau a un TDS (Total des solides dissous) inférieur à 150 ppm, vous pouvez l'utiliser dans filtrage.

Si votre eau a 250 ppm dès le départ, envisagez une analyse pour déterminer les ingrédients avant d'y ajouter les engrais. Même si à court terme vous pourriez ne pas y voir d'intérêt, à long terme, cela vous aidera à ajuster avec précision vos apports d'engrais et plannings de nutrition pour répondre aux besoins exacts de vos plants.