Comment sauver son cannabis lorsqu'il prend l'humidité


Comment sauver son cannabis lorsqu'il prend l'humidité

Vous êtes trempés par la pluie, et votre weed aussi par la même occasion ? N’ayez crainte, car même si une weed humide fait peine à voir et perd de sa douceur et de sa puissance, vous n’êtes pas maudit.

En suivant ces quelques étapes pour un séchage correct de votre cannabis, vous pourrez redonner vie à la puissance et la fumée. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il vous faudra être patient, car vous ne pourrez pas la fumer pendant 2 ou 3 jours.

UNE HERBE HUMIDE VS UNE HERBE GLUANTE

Commençons par le commencement. Le repérage d’une weed humide peut sembler très simple, mais elle peut tout de même être confondue avec une weed collante.

Si votre ganja vous colle aux doigts lorsque vous la pressez, mais qu’elle ne goutte pas, alors c’est un bon signe, votre dealer vous a filé du bon matos. Si elle goûte ou donne l’impression de s’essorer, alors votre weed est clairement humide et il faut commencer à la faire sécher.

Heureusement pour vous, vous pourrez tout de même la fumer une fois qu’elle sera sèche, ça demandera juste quelques efforts. Voici deux des meilleures techniques pour sécher du cannabis.

LA TECHNIQUE DU PAPIER

LA TECHNIQUE DU PAPIER

Pour la technique du papier, il vous faudra bien sur du papier absorbant ou du papier toilette, et de préférence, un ventilateur ou un déshumidificateur, mais si vous n’en avez pas, pas de souci.

Premièrement, emballez votre weed dans le papier. Puis, déplacez-la vers un endroit à l’abri de la lumière et sec avec un flux d’air correct (surtout si vous n’avez pas de ventilateur ou de déshumidificateur). Si c’est le cas, alors installez-le tout et obtenez un flux d’air suffisant.

Toutes les deux heures, vous devrez remplacer le papier. De plus, vous devrez inspecter votre weed à la recherche de moisissure, car une fois moisie, votre herbe sera bonne à jeter et donc officiellement gâchée.

LA TECHNIQUE DU RIZ

LA TECHNIQUE DU RIZ

Pour la technique du riz, vous aurez besoin d’un pot en verre avec couvercle et de riz. Pour commencer, balancez votre weed trempée dans le récipient et remplissez-le de riz. Puis laissez le tout reposer sans couvercle une journée entière (oui oui, toute la journée). Vous devrez laisser votre weed humide dans un endroit bien ventilé, comme pour la technique du papier. Le lendemain, prenez votre weed et vérifiez une nouvelle fois les traces de moisissure, de champignon ou de mildiou.

Si les fleurs sont relativement sèches, vous pouvez donc les effriter et vous servir de la technique du papier pour deux ou trois heures afin d’éliminer l’excédent d’humidité. Mais si elles sont bien sèches, alors c’est bon pour vous.

CE QU’IL FAUT ÉVITER EN SÉCHANT SA WEED

Simple rappel, si votre weed humide contient la moindre trace de moisissure, alors les dégâts ont déjà été faits, et vous perdrez votre temps avec les techniques ci-dessus. De plus, n’ayez aucune confiance dans la chaleur et la rapidité, le sèche-cheveux et le chauffage d’une voiture ne sont pas faits pour sécher du cannabis. En plus d’en altérer la qualité, ces méthodes tuent tout potentiel à offrir des inhalations douces et sucrées.

Pour finir, éviter à tout prix la lumière. Même les têtes les plus collantes doivent être conservée dans un endroit frais et sombre. Il est particulièrement important de garder sa weed humide à l’abri de la lumière du soleil, car à la manière d’une source de chaleur rapide, la lumière peut ruiner votre weed favorite, et elle ne se gênera pas pour le faire.

Oh, et si votre weed est humide à cause d’une eau salée ou d’un produit chimique, tel qu’une piscine ou à cause de la mer, jetez-la de suite. Rien ne pourra la sauver.