Le CBD peut-il aider contre une addiction aux opiacés ?


Le CBD peut-il aider contre une addiction aux opiacés ?

La douleur chronique est un facteur contribuant significativement à la souffrance chez l’homme — environ 20 % de la population adulte souffre de ce trouble. De nombreux troubles entraînent des douleurs chroniques, des troubles musculo-squelettiques jusqu’à la fibromyalgie en passant par le syndrome du côlon irritable. Même si la cause varie, le traitement est souvent le même : des médicaments opiacés antidouleurs.

LA CRISE DES OPIACÉS

Le cbd peut-il aider contre une addiction aux opiacés ?

Les opiacés sont efficaces pour soulager la douleur, mais ils sont connus pour être sur-prescrits par les médecins. Les effets soulageant la douleur et agréables de ces molécules les rendent aussi fortement addictives, ce qui entraîne souvent des abus. Selon le National Institute on Drug Abuse, 21 à 25 % des malades à qui on a prescrit des opiacés finissent par en abuser et 8 à 12 % développent un trouble de la consommation des opiacés.

L’addiction aux opiacés peut entraîner une transition vers les drogues illicites et 4 à 6 % des consommateurs passent à l’héroïne. Les opiacés sont aussi par eux-mêmes dangereux. De fortes doses affectent la respiration et le rythme cardiaque et les overdoses entraînent plus de 130 décès par jour rien qu’aux États-Unis. Tous ces facteurs ont donné naissance à ce que l’on appelle « la crise des opiacés ».

L’addiction aux opiacés est une maladie chronique, une maladie qui affecte environ 1,7 millions de citoyens américains en 2017. Parmi les traitements conventionnels pour le problème, on retrouve les séances de psychothérapie et la prescription d’autres substances addictives.

Des options alternatives de traitement sont nécessaires et dans ce domaine le CBD se voit impliqué pour ses effets polyvalents sur le corps. Explorons ensemble le mode d’action précis des opiacés, puis examinons comment le CBD pourrait être capable d’aider.

QUE SONT LES OPIACÉS ET COMMENT AGISSENT-ILS ?

Les opiacés sont une large classe de substances utilisées pour cibler la douleur aigue et chronique. La consommation des opiacés n’a rien d’une nouveauté. Des documents égyptiens sur papyrus suggèrent que l’humanité en consomme pour soulager la douleur depuis des milliers d’années. Les Sumériens, les Assyriens et les Babyloniens consommaient tous de l’opium.

Le pavot à opium (Papaver somniferum) est une source naturelle d’opiacés comme la morphine et la codéine. La morphine est le principal alcaloïde de la plante et il est dix fois plus puissant que de l’opium brut. Même si elle est très efficace contre la douleur, la morphine est associée à de graves symptômes de manque et d’addiction. Les chimistes utilisent la molécule comme précurseur dans la synthèse en laboratoire d’opiacés synthétiques, comme le fentanyl.

Le corps humain crée aussi une réserve d’opiacés endogènes — les endorphines et encéphalines — qui sont libérés et se lient aux récepteurs opioïdes quand des signaux de douleur sont détectés. Ces sites récepteurs existent à travers le système nerveux central et le système nerveux périphérique sur des neurones sensibles aux opioïdes. Les opiacés externes, comme la morphine et le fentanyl, sont également des agonistes des récepteurs opioïdes, ce qui signifie qu’ils se lient aux mêmes sites.

Les agonistes des récepteurs opioïdes soulagent la douleur en réduisant l’activité des signaux nerveux. Cette liaison entraîne aussi une sédation, une euphorie et une dépression respiratoire. Les opiacés activent le système de récompense du cerveau, ce qui libère le neurotransmetteur qu’est la dopamine — une hormone du « bien-être ».

Une augmentation de la dopamine est associée à des sensations de plaisir. Comme le cerveau a tendance à apprécier ce qui le rend content, il enregistre un souvenir à long terme de ce qui lui a apporté la sensation. Ce phénomène est connu sous le nom de conditionnement classique, ce qui perpétue l’envie de consommer plus de la substance.

La consommation chronique d’opiacés et l’activation du système de récompense finissent par entraîner des anomalies dans le cerveau qui renforcent l’addiction. Certaines de ces altérations s’effacent après la détoxification ; mais d’autres peuvent persister pendant des années.

L’addiction aux opiacés est principalement traitée en utilisant d’autres opiacés. La méthadone — un opiacé synthétique — est prescrite pour stabiliser les malades et minimiser les symptômes de manque. Elle le fait en se liant aux récepteurs opioïdes. Cependant, la méthadone possède également des caractéristiques addictives et elle est impliquée dans un tiers des décès liés à une overdose d’opiacés.

Même si ces substances fonctionnent dans certains cas, dans d’autres, elles peuvent entraîner une nouvelle addiction. Alors, que faire ? L’attention se porte désormais sur le cannabis, plus spécifiquement le CBD, comme traitement potentiel contre l’addiction aux opiacés.

QU’EST-CE QUE LE CBD, EXACTEMENT ?

Qu’est-ce que le cbd, exactement ?

Avant de se plonger dans le rôle potentiel du CBD dans l’addiction aux opiacés, familiarisons-nous d’abord avec la molécule. Le CBD est un des nombreux cannabinoïdes — plus d’une centaine — produits par le plant de cannabis. Cette molécule est non-psychotrope et jusqu’ici elle a été associée à des effets anti-inflammatoires, antioxydants, neuro-protecteurs, anxiolytiques et anticonvulsifs.

Le CBD a montré de nombreux mécanismes d’action dans des études. Il semble qu’il interagit directement avec les récepteurs CB1 et CB2 du système endocannabinoïde. Ce système — modulé par des cannabinoïdes internes — joue un rôle régulateur dans le corps. Le CBD exerce également certains de ses effets en se liant aux récepteurs à sérotonine, vanilloïdes, GPR55 et PPAR.

LE CBD PEUT-IL AIDER À TRAITER UNE ADDICTION AUX OPIACÉS ?

Alors, qu’est-ce qui rend le CBD si intéressant comme traitement potentiel pour l’addiction aux opiacés ? Eh bien, la recherche en est encore à ses débuts, mais les résultats suggèrent que le CBD possède le potentiel d’impacter la sensation de manque liée aux drogues. Des recherches publiées dans le journal Substance Abuse déclarent que le CBD est associé à différents circuits du cerveau impliqués dans l’addiction aux drogues et les comportements de recherche de drogues. Les auteurs du rapport affirment que ce mécanisme d’action fait du CBD un candidat intéressant dans le traitement des troubles de toxicomanie.

Une étude en double aveugle, randomisée et contrôlée par placebo publiée dans The American Journal of Psychiatry a exploré les effets du CBD sur des personnes souffrant de toxicomanie à l’héroïne. Les chercheurs expliquent que, malgré l’importance de l’épidémie opiacée, il y a un manque de traitements médicamenteux non-opiacés.

L’étude a exploré les effets immédiats, à court terme et prolongés de différentes quantités de CBD (400 ou 800 mg). Les chercheurs ont surveillé chez les participants les manques, l’anxiété, la cognition et l’état physiologique. Ils ont découvert que l’administration immédiate de CBD réduisait significativement le manque et l’anxiété. Le cannabinoïde a également réduit les mesures physiques du rythme cardiaque et des niveaux de cortisol. Aucun effet secondaire grave n’a été détecté. L’équipe de recherche a conclu que ces résultats étaient une solide base justifiant d’autres investigations sur le CBD en tant qu’option de traitement pour l’addiction aux opiacés.

LE CBD COMME ANTIDOULEUR ALTERNATIF ?

Le cbd comme antidouleur alternatif ?

Au-delà du potentiel du CBD dans le domaine de l’addiction aux opiacés, le cannabinoïde pourrait-il aussi servir d’alternative contre la douleur chronique ? Si oui, il pourrait alors potentiellement éviter aux malades tout contact avec les opiacés.

Une étude animale publiée dans l’European Journal of Pain a exploré les effets du CBD sur la douleur et l’inflammation chez la souris. Les chercheurs ont découvert que le CBD était capable de réduire les comportements liés à la douleur arthritique.

Un essai sur l’homme publié dans le journal Transplantation Proceedings a exploré les effets du CBD sur la douleur chronique chez des malades ayant subi une greffe de rein. Sur sept participants, deux ont rapporté une amélioration totale de la douleur et quatre une réponse partielle.

LE CBD POURRAIT-IL JOUER UN RÔLE IMPORTANT CONTRE LA CRISE DES OPIACÉS ?

Les recherches préliminaires ont généré des résultats enthousiasmants pour le rôle potentiel du CBD dans l’addiction aux opiacés. Le cannabinoïde semble changer les circuits addictifs dans le cerveau et réduire le manque et l’anxiété. De plus, la molécule est toujours à l’étude en tant que potentielle alternative aux médicaments opiacés.

Malheureusement, le manque d’essais cliniques complets rend impossible d’arriver à une conclusion solide sur ces sujets — mais les choses se présentent sous un jour positif. Nous avons hâte de voir les résultats des futures recherches !