L’histoire des joints de cannabis


L’histoire des joints de cannabis

Plus encore que la pipe, le chillum ou le bang, le joint est synonyme de cannabis. « Tire, tire, et fait tourner » (Puff, puff, pass) est peut-être l’expression la plus connue liée au cannabis ; vous pensez qu’ils tirent et font tourner quoi ? Un joint, bien sûr. Il ne faut pas non plus oublier les blunts, mais ils ne sont apparus que dans les années 1980, alors que les joints existent depuis beaucoup plus longtemps. Prenons un moment pour parcourir leur histoire, et discuter des détails de ce qui fait un joint.

TOUT A COMMENCÉ AVEC LE MONDE COLORÉ DES FEUILLES À ROULER

Avant de commencer à discuter des joints, nous devons d’abord examiner d’où vient le concept de rouler de la matière végétale dans une feuille, et de la fumer. Revenons aux alentours des années 1600, lorsque le commerce du tabac était florissant en Europe. Les aristocrates espagnols fumaient régulièrement de gros cigares, et jetaient les mégots quand ils en avaient assez. Les paysans, voulant se faire plaisir, ont commencé à ramasser les mégots, à les décomposer et à les rouler à nouveau avec des morceaux de journaux. C’est ainsi qu’est née la première cigarette. À partir de là, constatant la demande, les papetiers d’Alcoy, en Espagne, ont commencé à produire des feuilles à rouler blanches et propres. Étant une alternative beaucoup plus agréable que les journaux, ces feuilles à rouler ont rapidement gagné en popularité.

De nos jours, qu’il s’agisse de Zig Zag, RAW, OCB ou une autre marque, les papiers à rouler se déclinent en différents types et tailles. De nombreuses entreprises ont fabriqué des variétés plus longues et plus grandes pour plaire aux fumeurs. Et en même temps, la variété classique, plus courte, n’est pas rare.

L’ESSOR DU JOINT

Plus de 200 ans après l’apparition des feuilles à rouler, le joint est enfin né. Comme pour son ancêtre, tout a commencé avec la classe ouvrière. Dans les années 1850, alors qu’il observait des ouvriers agricoles au Mexique, un pharmacien de l’Université de Guadalajara a remarqué qu’ils roulaient du cannabis mélangé à du tabac pour leurs cigarettes. Cela signifie que le premier joint « connu » était techniquement un spliff, mais nous discuterons de ces détails plus tard.

Quelques décennies plus tard, l’Amérique a vu les premiers joints commercialisés : les Grimault’s Indian Cigarettes. Elles étaient vantées comme un moyen de soulager les problèmes respiratoires, étant mélangées avec de la belladone et du nitrate de potassium. Heureusement, ces ingrédients ne se sont pas retrouvés dans le type de joints qui se sont répandus pendant la prohibition (1920–1933). Plutôt que de soulager la nausée, ces joints étaient juste pour le plaisir, devenant ainsi très populaires parmi les musiciens de jazz qui recherchaient les effets sans trop s’embêter. Le joint est devenu illégal peu après la fin de la prohibition de l’alcool, mais cela ne l’a pas enterré du tout. Avec l’arrivée des années 1960, il a connu une nouvelle popularité en tant que symbole de la contre-culture et de la protestation pacifique contre le système. Certains diront qu’il représente encore ces valeurs aujourd’hui.

LA DIFFÉRENCE ENTRE UN JOINT ET UN SPLIFF

THE DIFFERENCE BETWEEN A JOINT AND A SPLIFF

Maintenant que nous avons parlé de l’historique, vous vous demandez peut-être pourquoi nous avons fait la différence entre les joints et les spliffs plus tôt. Pour les lecteurs américains (et certains Européens), le terme « spliff » désigne simplement un joint qui contient à la fois du tabac et du cannabis. Aux États-Unis, un joint ne contenant pas de tabac sera appelé « joint ». Pour ceux des Antilles où le terme est né, ainsi que pour ceux de la plupart des pays européens, « spliff » est simplement un autre terme pour un joint, avec ou sans tabac. Si vous souhaitez éviter le tabac, ou si vous le recherchez spécifiquement, il sera important de garder ces distinctions à l’esprit.

LE JOINT : LA PIERRE ANGULAIRE DU CANNABIS MODERNE

Étant sans doute la méthode la plus populaire et la plus accessible pour fumer, nous serions négligents de ne pas célébrer le joint. Des travailleurs du 19ᵉ siècle qui les roulaient dans les champs aux entreprises modernes qui les roulaient à l’avance pour les acheter dans des dispensaires, la joint a eu un long chemin à parcourir pour en arriver là où il est aujourd’hui. Bien que la vaporisation ait gagné en popularité récemment, la barrière des prix est indéniable. Tant que les entreprises ne pourront pas fabriquer des vaporisateurs sûrs et bon marché (et quand bien même), les joints feront partie du paysage. Ceci dit, le marché peut se déplacer n’importe où au cours des prochaines décennies. Qui sait quelles situations sociales et économiques se présenteront ? En gardant cela à l’esprit, nous ne pouvons pas vraiment prédire quelles méthodes de consommation triompheront ou seront progressivement éliminées.

Si toutefois l’incertitude vous stresse, allumez un joint et oubliez tout ça.