Comment récolter le cannabis


Comment récolter le cannabis

La récolte est l’étape la plus attendue de la culture du cannabis. Cet article vous guidera à travers tout le processus pour que vous puissiez le faire correctement. Que vous soyez débutant ou que vous ayez juste besoin d’une remise à niveau, vous êtes ici au bon endroit.

Après de nombreuses semaines de soins et d’entretien de votre culture, vous êtes prêt à récolter le fruit de votre travail. Il est temps de récolter vos plants de cannabis.

Si vous êtes un cultivateur de cannabis expérimenté, vous connaissez probablement les étapes nécessaires. Au premier coup d’œil, vous aurez une bonne idée si votre chère culture est prête à être coupée ou non.

Mais qu’en est-il si vous êtes un débutant qui n’a pas encore trouvé son rythme de croisière ? Comment savoir si c’est le moment de récolter ? Quels sont les signes que vous devez rechercher ? Et surtout, quelle est la meilleure et la plus efficace façon de récolter le cannabis ?

Cet article vous donnera les réponses à ces questions et à bien d’autres encore. Que vous fassiez cela depuis des années ou que vous commenciez à peine, vous obtiendrez des informations précieuses sur les étapes finales de votre culture.

Comment savoir quand le cannabis est prêt à être récolté ?

Comment récolter le cannabis

Abordons un point crucial de la récolte : le timing. Vous ne devez pas récolter trop tôt et risquer une diminution de la puissance, et vous ne voulez pas la faire trop tard et voir vos têtes être victimes de pourriture. Il faut trouver le juste milieu.

Il existe plusieurs façons de déterminer si vos plants de cannabis sont prêts à être récoltés. Les voici rapidement :

  • Feuilles jaunes
  • Type de variété (les variétés sativa ont tendance à mettre plus de temps à fleurir que les variétés indica).
  • Têtes pleines et matures
  • Trichomes matures

À l’œil nu, l’un des premiers signes que la récolte est proche c’est que les feuilles commencent à jaunir et à se recroqueviller. Certaines peuvent même tomber complètement.

Contrairement aux feuilles, les têtes doivent être pleines et bien développées. Les branches devraient également être beaucoup plus lourdes. Lorsque vous regardez vos têtes, les poils blancs (pistils) qui se sont développés pendant la phase de préfloraison devraient maintenant être plus orange, car ils ont mûri.

Puis, il faut tenir compte du type de variété. Les sativas mettent généralement dix semaines ou plus pour fleurir, tandis que les indicas ont tendance à prendre environ huit semaines. C’est seulement après ces périodes données que vous devez commencer le processus de récolte.

Mais le meilleur signe, et le plus fiable, d’une plante de cannabis prête à être récoltée est la présence de trichomes matures. Nous en parlerons plus en détail dans les sections suivantes de cet article.

Et les Autos ?

Pour la plupart, vous pouvez rechercher les mêmes signes pour déterminer si vos plants de cannabis auto sont prêts à être récoltés ou non. Cela peut toutefois être un peu plus délicat.

D’une part, toutes les variétés auto ne perdent pas leurs feuilles à maturité. Certaines ne changent même pas de couleur. Avec ces plantes, il peut être plus difficile de déclarer avec assurance « c’est bon ».

Alors, comment savoir si vos autos sont prêtes à être récoltées ? Attendez deux à trois semaines après la date prévue. Si, par exemple, une plante a besoin de 10 semaines pour être prête à être récoltée à partir de la graine, programmez votre récolte à la 12ᵉ ou 13ᵉ semaine. À ce stade, vous saurez au moins que vous ne l’avez pas sous-estimé.

À quoi ressemblent les trichomes lorsque le cannabis est prêt à être récolté ?

Et les autos ?

Nous avons précédemment mentionné l’importance des trichomes pour déterminer le moment de la récolte de votre cannabis. Et en effet, c’est le signe le plus fiable pour la maturité du cannabis.

Mais qu’est-ce que vous recherchez exactement lorsque vous utilisez les trichomes comme indicateur ?

En règle générale, un plant de cannabis prêt à être récolté présente des trichomes blancs laiteux et troubles. Si les trichomes de votre herbe sont encore très clairs, cela signifie qu’elle ne contient pas encore assez de THC. Par conséquent, les têtes ont besoin de plus de temps pour mûrir. Toutefois, une fois que les trichomes deviennent ambrés, le THC commence à se convertir en CBN, un cannabinoïde moins psychotrope, et les effets ont donc tendance à être moins énergiques et puissants.

Ceci dit, tous les cultivateurs ne choisissent pas de récolter à la même période. Tout dépend des préférences personnelles. Certains cherchent à optimiser la teneur en THC et récoltent lorsque les trichomes sont troubles, tandis que d’autres préfèrent les effets plus relaxants et scotchants offerts par les trichomes ambrés. Au final, même si certains trichomes peuvent devenir ambrés, il ne faut pas les laisser trop longtemps, car vous risqueriez de perdre une grande partie du contenu en THC.

Tableau de maturité des trichomes :

  • Trichomes clairs : Les têtes sont immatures
  • Quelques trichomes troubles et d’autres clairs : encore immatures, proches de la récolte.
  • Principalement trouble : Concentration maximale de THC, prêt à être récolté
  • Un peu ambré et un peu de trouble : Prêt à être récolté, taux en CBN plus élevée
  • Trichomes ambrés : Récolte immédiate

Que sont les trichomes ?

Une recherche rapide sur Google vous dira que les trichomes sont « de fines excroissances ou appendices sur les plantes, les algues, les lichens et certains protistes ».

Pour les plantes, en général, ces petites protubérances servent des fonctions vitales, comme la protection des organismes microbiens. Elles contribuent également à maintenir une couche d’air immobile à la surface de la feuille pour éviter une perte excessive d’eau.

Dans le cas du cannabis, les trichomes produisent des terpènes, des cannabinoïdes et des flavonoïdes. Ce sont les principaux constituants qui donnent à la plante son arôme, sa saveur et sa puissance distincts. Et si ces caractéristiques sont utiles à l’homme, elles peuvent contribuer à éloigner les potentiels prédateurs de la plante.

Peut-on récolter le cannabis avec des pistils blancs ?

Nous avons brièvement mentionné les pistils (ou stigmates) sur les têtes de cannabis comme un potentiel indicateur de la maturité du cannabis. Cet organe sexuel femelle de la plante de cannabis est nécessaire au processus de pollinisation, mais il aide aussi les cultivateurs à déterminer le moment de tailler.

Si vous voyez des pistils blancs, vos plantes ont besoin de plus de temps. Lorsqu’ils commencent à foncer et à se recroqueviller, vous savez que votre plante arrive à maturité. Cela étant dit, les pistils sont beaucoup moins fiables que les trichomes pour déterminer s’il est temps de récolter, car de multiples facteurs peuvent influencer leur teinte ou leur forme.

Comment vérifier les trichomes

Peut-on récolter le cannabis avec des pistils blancs ?

Savoir où se trouvent les trichomes est la première étape de tout le processus de récolte. L’étape la plus importante, cependant, est de savoir ce qu’il faut rechercher. Cette section est consacrée aux meilleures façons d’inspecter les trichomes pour voir si vos plants de cannabis sont prêts à être récoltés.

Trichomes : Où regarder

Si vous regardez de plus près les têtes de votre plante, vous verrez de petites structures ressemblant à des champignons sur toute la surface. Elles sont collantes au toucher et apparaissent également en plus petit nombre sur les feuilles.

Vous ne pourrez toutefois pas voir les trichomes en entier en les regardant simplement. Vous aurez besoin de l’aide d’une loupe.

Quels sont les meilleurs outils de grossissement pour observer les trichomes ?

Les meilleurs outils de grossissement pour l’observation des trichomes sont la loupe de bijoutier ou une loupe normale.

En passant simplement votre loupe au-dessus des têtes, vous aurez un bien meilleur aperçu des trichomes. Il est désormais beaucoup plus facile de déterminer leur forme et leur couleur, et de savoir si vos plantes sont prêtes à être récoltées ou non.

Mais si vous voulez une image plus grande et plus claire, un microscope numérique serait votre meilleure option. Cet appareil vous permettra également d’enregistrer des vidéos, que vous pourrez revoir à plusieurs reprises si nécessaire.

Ce qui est génial, c’est que tous ces appareils sont relativement abordables. C’est un petit prix à payer pour avoir une idée plus précise de l’état de préparation de vos plantes.

Préparation : De quoi avez-vous besoin pour récolter du cannabis ?

Quels sont les meilleurs outils de grossissement pour observer les trichomes ?

Vos trichomes sont maintenant d’un blanc laiteux et indiquent que votre plante est prête à être récoltée. Que faire maintenant ? Tout d’abord, vous devez effectuer les préparations préalables à la récolte — tout comme un chef utilise la mise en place pour préparer un bon repas.

Matériaux

Préparez tout le matériel dont vous aurez besoin pour la récolte :

  • Des ciseaux bien aiguisés : Nous n’insisterons jamais assez sur ce point. Beaucoup trouvent plus facile d’utiliser des ciseaux à ressort, mais la plupart des tailleurs recommanderont une paire de ciseaux Chikamasa. Ils ne sont pas à ressort, mais sont censés offrir plus de précision.
  • Gants en latex : La récolte du cannabis laissera d’épaisses couches de résine sur vos doigts si vous utilisez vos mains nues. Épargnez-vous ce désagrément.
  • Tablier : Vous ne voulez pas abîmer vos vêtements avec de la résine, n’est-ce pas ?
  • Alcool isopropylique : Utilisez-le pour nettoyer vos ciseaux afin d’éviter que l’accumulation de résine ne se solidifie. L’alcool isopropylique permet d’affaiblir la résine pour faciliter l’essuyage.
  • De la ficelle : Elle servira à attacher vos branches pour les faire sécher en suspension. Un morceau de ficelle fonctionne bien.
  • Une corde à linge pour suspendre : Une cheville de penderie fera également l’affaire.
  • Plateau de rangement : Il sert à la fois à ranger les déchets et à collecter les branches pour désencombrer.

Récolte du cannabis : Jour ou nuit ?

Ensuite, vous devez décider si vous allez récolter le jour ou la nuit.

Le consensus est que la récolte pendant les heures les plus sombres, en particulier à l’aube, est la meilleure solution. D’une part, les niveaux de terpènes sont censés être beaucoup plus élevés juste avant le lever du soleil. Comme les cultures de cannabis absorbent le soleil pendant la journée, la production de résine a lieu principalement la nuit. Le cycle de production atteint alors son apogée pendant les heures de l’aube.

L’efficacité est un autre facteur à prendre en compte. Selon la taille de votre exploitation, la récolte du cannabis prendra quelques heures. Commencer tôt signifie finir tôt, ce qui laisse le reste de la journée pour d’autres obligations importantes.

Quant à la récolte en journée, les cultivateurs ont tendance à l’éviter. Les têtes n’expulsent pas l’humidité, ce qui signifie qu’elles sont plus sèches et moins juteuses.

Dernier rinçage

C’est ici que les opinions de nombreux cultivateurs divergent. Certains ne jurent que par le rinçage comme forme de préparation à la récolte, tandis que d’autres sont d’accord pour le supprimer. Mais au cas où vous ne sauriez pas ce qu’est le rinçage, permettez-nous de vous l’expliquer.

Au cours des phases de végétation et de floraison, les plants de cannabis absorbent beaucoup de macronutriments (azote, phosphore et potassium) et de micronutriments. Ces composés chimiques permettent aux plantes de connaître une croissance fulgurante, de résister aux éléments et de fleurir magnifiquement. Cependant, ils peuvent aussi compromettre le produit final, ce qui devient perceptible lorsqu’on les fume.

Le rinçage consiste à arroser le substrat avec de l’eau sans nutriments et au pH équilibré pour éliminer l’excès d’accumulation de minéraux. Cette opération s’effectue généralement sur une période d’une à deux semaines. La plante continue à absorber et à traiter les nutriments présents, mais elle ne stocke plus les minéraux indésirables.

Ce processus est principalement destiné aux cultivateurs qui utilisent des nutriments en bouteille. Si vous cultivez vos plantes de manière biologique, vous pouvez choisir de sauter cette étape, car elle ne sera pas nécessaire.

Comment récolter le cannabis : Étape par étape

Dernier rinçage

Maintenant, entrons dans le vif du sujet. Voici notre guide étape par étape pour récolter des plants de cannabis.

Étape 1 : Récolte progressive

Dans un monde parfait, toutes les têtes de votre plant de cannabis seraient toutes aussi mûres au moment de la récolte. Mais en réalité, les têtes les plus hautes sont susceptibles de mûrir plus rapidement. C’est pourquoi nous recommandons une récolte progressive, c’est-à-dire une récolte branche par branche lorsque les têtes sont prêtes, plutôt que de couper la tige principale et de tout récolter en même temps.

De cette manière, vous pouvez récolter vos têtes sur une période de plusieurs jours ou semaines, une fois qu’elles sont à leur apogée. Cela vous permet non seulement de ne pas perdre en puissance ou en saveur, mais aussi de répartir le travail de récolte afin de ne pas consacrer une journée entière à cet événement.

Étape 2 : Taille

La taille est une étape essentielle du processus de récolte, qui a plusieurs objectifs, dont le plus évident est l’esthétique. Mais des têtes correctement taillées procurent également une fumée plus douce, un meilleur arôme et une puissance concentrée.

Vous pouvez choisir d’effectuer une taille humide ou sèche. Chacune a ses avantages, la première méthode convenant mieux aux personnes vivant sous des climats humides, et la seconde à celles vivant sous des climats arides.

Le processus de taille en lui-même est simple mais prend du temps. Vous commencez par enlever les plus grandes feuilles nourricières. Ensuite, vous passerez à la taille des « feuilles résineuses ». C’est là que vous manucurez les têtes et que vous couperez l’excès de matière végétale pour vous concentrer sur les têtes elles-mêmes.

Assurez-vous d’avoir votre plateau de rangement prêt à stocker ces feuilles nourricières et ces feuilles résineuses. Vous pouvez faire du bon haschich ou des comestibles en utilisant ce matériel !

Étape 3 : Séchage

Selon la méthode que vous choisissez, le séchage se fera avant ou après la taille. Mais pour les besoins de cet article, nous le placerons après le processus de taille humide.

Le séchage des cultures de cannabis peut se faire de différentes manières. La première consiste simplement à suspendre les branches à l’envers à une corde à linge ou à un goujon, comme vous le feriez pour vos vêtements mouillés. Veillez simplement à ce que vos têtes soient exemptes de feuilles superflues pour assurer une bonne circulation de l’air et éviter le développement de moisissures.

L’autre méthode est le séchage sur tamis, qui consiste à placer les têtes sur des grilles métalliques afin d’augmenter la circulation de l’air tout autour. Le séchage sur tamis fonctionne mieux dans une petite salle de séchage. Il suffit de prendre plusieurs grilles et de les empiler les unes sur les autres.

étape 3 : séchage

Quelle que soit la méthode de séchage que vous utilisez, il y a quelques facteurs clés à prendre en compte concernant la température, l’humidité et le flux d’air.

Tout d’abord, vous devez maintenir une température constante de 18–23 °C afin d’obtenir un séchage uniforme. En termes d’humidité, visez des taux aux environ de 50 %. Un taux d’humidité inférieur accélère le processus de séchage et rend les têtes friables, tandis qu’un taux d’humidité supérieur peut entraîner la formation de moisissures et de pourriture.

Si possible, laissez un ventilateur sur pied tourner doucement en mode oscillant, juste pour faire circuler l’air. Éteignez également les lumières de votre pièce de séchage lorsque vous ne vous occupez pas de vos têtes, car la lumière peut également dégrader la qualité au fil du temps.

Le séchage en suspension prend généralement deux à trois semaines, tandis que le séchage sur tamis prend environ une semaine et demie. Pour déterminer si vos têtes sont bien séchées, pliez les tiges ; si elles se cassent facilement, elles sont prêtes. S’il y a encore de la résistance, attendez encore un peu.

Étape 4 : Affinage

L’affinage marque le début de la fin du processus de récolte. En un mot, l’affinage est le processus de vieillissement de vos têtes, tout comme un vigneron le ferait avec un bon vin.

Le processus d’affinage comprend trois étapes principales. Tout d’abord, vous placez toutes vos têtes séchées dans un bocal Kilner ou Mason. Les bocaux en verre sont recommandés pour permettre aux bactéries aérobies de se nourrir de la chlorophylle et d’expirer sans se multiplier.

L’étape suivante consiste à stocker les bocaux dans un endroit frais et sombre. Vous devez également viser une humidité relative de 58–62 % à l’intérieur de vos bocaux, que vous pouvez facilement maintenir à l’aide de packs d’humidité (comme ceux qu’utilisent les amateurs de cigares).

Ensuite, chaque jour, ouvrez les bocaux pour permettre à l’air de circuler pendant environ dix minutes. Remuez un peu les têtes et vérifiez qu’elles ne dégagent pas d’odeurs nauséabondes ou qu’elles ne développent pas de moisissures. Répétez ce processus et faites « roter » les bocaux quotidiennement pendant une période d’au moins quatre semaines. Certaines personnes choisissent de faire sécher leurs têtes bien plus longtemps que cela, bien que les résultats soient moins bons sur une longue période.

Étape 5 : Stockage

Le stockage joue un rôle important dans la qualité finale de votre produit. Si vous le faites correctement, vous obtiendrez des têtes savoureuses et puissantes, sans moisissures.

Vous pouvez continuer à utiliser vos bocaux de séchage en verre hermétiques pour le stockage. Dans ce cas également, conservez-les dans un endroit frais et sombre afin d’éviter toute perte de goût ou de puissance. Évitez d’utiliser des sachets en plastique pour le stockage à long terme. Même les sachets à fermeture zip sont poreux et laissent entrer et sortir l’air et l’humidité. Le stockage n’est pas le bon moment pour être radin, et les bocaux en verre de qualité sont relativement bon marché.

A quelle fréquence pouvez-vous récolter du cannabis ?

étape 5 : stockage

L’avantage de récolter fréquemment est que vous ne serez jamais à court d’herbe ! Mais la fréquence à laquelle vous pouvez le faire dépendra de votre culture en intérieur ou en extérieur, et si vous utilisez des variétés photopériodiques ou autos.

La culture en intérieur prend en moyenne 3–8 mois, de la graine à la récolte. Cela permet jusqu’à quatre récoltes par an pour les autos ou les photopériodiques rapides, et jusqu’à deux récoltes pour les variétés photopériodiques moyennes.

En extérieur, vous pouvez estimer une récolte par an pour la plupart des variétés photopériodiques. Ceux qui vivent sous des climats plus chauds et plus favorables au cannabis pourront peut-être en faire deux. Avec les autos, il n’y a techniquement aucune limite au nombre de récoltes que vous pouvez obtenir en extérieur, bien que ces plantes ne doivent pas être exposées au gel ou à d’autres mauvaises conditions, car la qualité et les rendements en souffriraient.

Récolter du cannabis pour les débutants : Vous pouvez le faire !

étape 5 : stockage

Il y a beaucoup de variables à garder à l’esprit concernant la récolte du cannabis.

Toutefois, le processus en lui-même est très simple. Même si vous êtes débutant, vous pouvez obtenir de bons résultats en suivant les étapes présentées ci-dessus. Celles-ci fonctionneront parfaitement, que vous cultiviez en intérieur ou en extérieur.

Allez-y, tentez votre chance ! Si vous vous y prenez bien, vous serez récompensé par un produit de qualité que vous pourrez apprécier et partager.