Top 10 des alternatives au tabac à mélanger au cannabis


Top 10 des alternatives au tabac à mélanger au cannabis

Le mélange du tabac et du cannabis divise. Certains pensent que vous ne devriez jamais le faire, alors pour d’autres, c’est un mode de vie. Pourtant, pour ceux qui aiment cela, on trouve un tas d’alternatives au tabac.

POURQUOI MÉLANGER CANNABIS ET TABAC EN PREMIER LIEU ?

Alors qu’un spliff pourrait passer pour un sacrilège chez les puristes du cannabis, on trouve plusieurs raisons justifiant le mélange de la weed et du tabac. Premièrement, cela vous permet de faire des économies de cannabis. De plus, certains pensent que le tabac et la weed mélangé ont une meilleure combustion que le cannabis seul. Il y a également la stimulation offerte par le tabac, qui vient transformer le high en quelque chose de différent que certains fumeurs adorent.

Malgré ces « bienfaits », fumer du tabac est clairement dangereux pour votre santé. Le tabac et les cigarettes transformés contiennent des cancérigènes et autres additifs nocifs. Ces derniers peuvent contribuer à de nombreux types de cancer, de maladie cardiovasculaire et ainsi de suite. En d’autres mots, on est très loin d’un produit « bon pour la santé ».

Mais cela n’est pas une raison pour arrêter de fumer des spliffs. Vous pouvez facilement substituer du tabac pour d’autres herbes !

POURQUOI MÉLANGER VOTRE WEED AVEC D’AUTRES HERBES ?

Il y a un tas d’autres herbes naturelles qui peuvent ajouter leurs propres bienfaits lorsqu’elles sont mélangées à du cannabis. Et en bonus : elles sont aussi de superbes plantes de compagnonnage, à cultiver à côté de votre culture de cannabis. Les plantes de compagnonnage peuvent aider à protéger votre culture d’extérieur de divers dangers, qu’ils viennent de nuisibles comme de passants.

TOP 10 DES ALTERNATIVES AU TABAC POUR LES JOINTS

Voici une liste de nos 10 meilleures herbes à mélanger avec du cannabis. Expérimentez ! La plupart de ces herbes sont faciles à trouver, même si vous décidez de ne pas les cultiver vous-même.

1. DAMIANA

DAMIANA

La damiana est connue sous le nom scientifique de Turnera diffusa, c’est une angiosperme aux couleurs vives. Membre de la famille des passiflores, l’espèce est native du Sud du Texas, des Amériques Centrale et du Sud ainsi que des Caraïbes.

HISTOIRE

La damiana a longtemps été utilisée comme un aphrodisiaque naturel. Au Mexique, elle était traditionnellement ajoutée à une boisson connue pour ses qualités « encourageant l’amour ». Mais son histoire est encore plus ancienne que cela. On suppose que les Mayas consommaient l’herbe dans un tas d’objectifs holistiques.

EFFETS

La consommation de damiana provoque un high moyennement euphorique qui accentue parfaitement le cannabis. En effet, cela pourrait même aider à mitiger certains des effets secondaires du THC, tels que la paranoïa et les sueurs froides. L’herbe semble aussi avoir un effet thermogénique, augmentant le métabolisme. Pour cette raison, la damiana est parfois utilisée pour supprimer l’appétit (sans parler des fringales que connaissent beaucoup de fumeurs récréatifs).

2. WILD DAGGA

Espèce de la famille des menthes, le wild dagga (Leonitus leonurus) est un arbuste natif du Sud de l’Afrique. Aussi connu sous le nom de queue de lion, le wild dagga produit un effet légèrement psychoactif, relativement similaire à celui du cannabis.

HISTOIRE

Traditionnellement, les peuples Khoïkhoï d’Afrique du Sud ont fumé le wild dagga pour ses propriétés relaxantes et euphoriques. De plus, les feuilles, racines et écorces étaient employées pour les morsures de serpents, les piqûres d’abeille ou de scorpion et en tant qu’infusion pour les maladies du sang.

EFFETS

On considère le léonurine comme étant le principal composant psychoactif du wild dagga. Cependant, ce composé chimique n’a jamais été confirmé dans la plante par le biais d’analyses chimiques. Le wild dagga est connu pour contenir le composé marrubiin, qui possède à la fois des propriétés antioxydantes et cardioprotectrices. Les feuilles et les fleurs séchées du wild dagga possède un effet moyennement relaxant lorsqu’elles sont fumées. Certains consommateurs font état d’un high similaire, mais moins intense, à celui du THC, c’est donc la parfaite addition pour rouler un spliff.

3. KANNA

KANNA

Le Sceletium tortuosum, aussi connu sous le nom de kanna, est une plante succulente native du Sud de l’Afrique. Cette plante a une longue histoire de consommation par l’humain. Il semble que des doses allant jusqu’à 25 mg sont bien tolérées. Cela dit, elle n’a pas été étudiée de la manière formelle sur l’humain. Cependant, aucun effet lié au traitement ne fut remarqué lors d’une étude de toxicité orale menée sur des rats.

HISTOIRE

Kanna signifie « quelque chose à mâcher », ce qui dérive de son usage traditionnel parmi les chasseurs-cueilleurs. Pour booster le moral, combattre la faim et rester alerte, ses consommateurs en mâchaient les feuilles et avalaient leur salive. Le kanna est toujours grandement utilisé de nos jours, mais plus typiquement sous la forme d’extrait.

EFFETS

Le kanna est souvent mentionné en tant que boosteur d’énergie. Il peut se trouver dans une variété d’additifs nutritionnels, ainsi qu’au sein de thés et de teintures. Fumer du kanna booste le moral et diminue les tensions. À plus forte dose, le kanna provoque une légère euphorie stimulante qui peut faire passer votre sativa au niveau supérieur !

4. LAVANDE

La lavande est traditionnellement employée par elle-même, en thé, huiles, boissons et cosmétiques dans tout un tas d’objectifs. Cette plante fortement odorante est une herbe de jardin commune, connue pour ses délicieux arômes. Formellement appelée Lavandula, elle fait partie de la famille des menthes qui contient elle-même une cinquantaine d’espèces. La lavande est native d’Europe, d’Afrique et d’Asie.

HISTOIRE

Les humains emploient la Lavandula angustifolia (lavande officinale) depuis les temps bibliques. Mentionnée en hébreu dans le Cantique des cantiques, elle fut nommée d’après la cité syrienne de Naarda. Elle est employée au travers de divers rituels religieux ainsi qu’en cuisine depuis des siècles. Elle est aussi généralement cultivée en tant que plante ornementale et occupe un rôle important en aromathérapie.

EFFETS

Bien qu’aucune étude formelle n’ait apporté de réponse conclusive concernant les effets de la lavande, on trouve des douzaines d’études précliniques sur le potentiel de la lavande dans l’amélioration du bien-être mental. La lavande pourrait aider à promouvoir la relaxation, offrir une bonne nuit de sommeil et promouvoir une digestion saine. Même sans cela, son parfum envoûtant offre une fumée très satisfaisante.

5. ROMARIN

Effets

Le Rosmarinus officinalis est une herbe vivace native de la méditerranée. Elle fait partie de la famille des menthes. Pour profiter des effets du romarin, ses consommateurs peuvent ajouter l’herbe à leur mélange à fumer ou bien l’infuser au sein d’un thé rafraîchissant.

HISTOIRE

Le romarin est depuis longtemps employé en cuisine et dans des objectifs holistiques. Ses feuilles en aiguilles sont aromatiques et ses feuilles peuvent être de couleur blanche, rose, violette ou bleue. La consommation du romarin remonte au moins à 500 avant notre ère en Grèce antique et à Rome et est depuis restée populaire.

EFFETS

Le romarin contient un tas de composés antimicrobiens, antibactériens et anti-inflammatoires. En Europe, le romarin est depuis longtemps utilisé pour améliorer la mémoire. Les huiles essentielles provenant de la plante sont un excellent tonique pour le cerveau et les nerfs et les étudiants consomment cette plante pour améliorer leur cognition. Lorsqu’il est fumé, la caractéristique la plus notable du romarin est son arôme frais et forestier.

6. SAUGE

Salvia officinalis, ou sauge officinale, est une autre herbe accompagnant bien souvent le cannabis. La plante est communément utilisée en cuisine, indice de son arôme et de sa saveur sensuelle. On trouve de nombreuses espèces de la plante, mais la sauge blanche est la plus recherchée.

HISTOIRE

Au-delà de la cuisine, la sauge est depuis longtemps fumée pour ses propriétés holistiques dans des usages cérémoniels. Certaines nations natives américaines brûlaient de la sauge lors de rituels de purification. Les Égyptiens comme les Romains antiques employant la sauge dans des objectifs culinaires et thérapeutiques.

EFFETS

La sauge contient les molécules thuone, camphre et cinéole qui possèdent des propriétés antioxydantes et antimicrobiennes. La recherche semble également indiquer que la sauge pourrait augmenter la cognition. La sauge est une addition commune à des mélanges à fumer, car ses arômes très plaisants s’accompagnent de légers effets. Mélangez votre indica préférée avec de la sauge pour faire durer votre réserve ?

7. KRATOM

KRATOM

Le kratom, Mitragyna speciosa, est un membre de la famille des cafés. Natif de l’Asie du Sud-Est, cet arbre produit des feuilles contenant plus de 20 alcaloïdes biodisponibles qui se lient aux récepteurs d’opioïdes. De ce fait, une légère consommation de la plante possède des effets stimulants. De plus fortes doses mènent à un effet relaxant et endormi.

HISTOIRE

Le kratom est traditionnellement consommé au sein des cultures de l’Asie du Sud-Est depuis des millénaires pour sa palette d’emploi véritablement vaste. En effet, il reste apprécié au sein de divers pays d’une manière similaire au thé ou au café. Originellement décrite, dans la littérature occidentale en 1839 par le botaniste colonial néerlandais Pieter Korthals, le kratom est une substance contrôlée dans 16 pays.

EFFETS

L’effet du kratom survient 15–20 minutes après ingestion et dure plusieurs heures. Alors que l’on soupçonnait la mitragyne comme l’alcaloïde dominant du kratom, les chercheurs étudient également d’autres possibilités, y compris la 7-hydroxymitragynine. Cet alcaloïde agit sur les récepteurs μ-opiacé (à la manière de la nicotine, l’alcool et la morphine) et les récepteurs κ-opiacé (comme le fait la salvia). Lorsqu’il est dégusté avec le cannabis, les effets du kratom peuvent soit soutenir la stimulation ou la relaxation, en fonction de la dose.

8. SALVIA DIVINORUM

La Salvia divinorum (aussi appelé sauge des devins), est une plante aux propriétés psychoactives lorsqu’elle est fumée ou mâchée. Son habitat natif se trouve dans la région isolée de la Sierra Mazateca d’Oaxaca du Mexique. La plante se développe jusqu’à atteindre 1 m de haut.

HISTOIRE

La salvia a une profonde histoire au sein des cérémonies chamaniques. La plante fut tout d’abord mentionnée à l’écrit en 1939, par le botaniste Français Jean Basset Johnson ayant étudié le chamanisme Mazatèque. Le mécanisme psychoactif de la salvia fut identifié en 1990. En raison de son puissant impact sur ses consommateurs, la plante est illégale dans certains pays.

EFFETS

Les feuilles de salvia contiennent des composés semblables à des opiacés, capables de produire de puissantes hallucinations. Ceux-ci s’installent rapidement et sont courts. À faible dose, la plante fait office de diurétique et était traditionnellement consommée pour soutenir la digestion. Lorsqu’ajoutée à un mélange à fumer, la salvia vient augmenter le potentiel psychédélique de votre spliff.

9. HOUBLON

Le houblon est la fleur de la plante grimpante vivace Humulus lupulus. Native du Royaume-Uni et d’autres parties de l’Europe, ce membre de la famille des Cannabacée, cousine du cannabis et de l’ortie, est de nos jours grandement cultivée dans le monde entier.

HISTOIRE

Utilisée commercialement dans la brasserie de la bière (pour ajouter des saveurs), le houblon a un profil de terpène similaire à de nombreuses variétés de cannabis. La première culture documentée du houblon remonte à 736 de notre ère en Allemagne. En effet, l’Allemagne reste le plus grand cultivateur de cette plante.

EFFETS

Mise à part sa saveur intense, le houblon a longtemps été consommé dans un objectif holistique. Les fleurs sont riches en terpène myrcène, qui provoque un effet somnolent et relaxant. Ajouter du houblon séché à un spliff peut mener à un effet très relaxant, qui améliore l’effet physique du cannabis.

10. MOLÈNE

La molène est consommée lors de pratique thérapeutique traditionnelles depuis l’époque de la Rome antique. Elle était recommandée pour les problèmes pulmonaires par les médecins grecs et les discorides botanistes ainsi que les herbalistes emploient encore cette plante pour toute une gamme de troubles respiratoires.

EFFETS

L’huile de molène est communément extraite des fleurs et des feuilles de la plante. Largement consommé pour ses propriétés réconfortantes, la molène est aussi un expectorant, qui délie le mucus. Utilisée dans des mélanges à fumer, elle provoque un effet relaxant sur les poumons, vous permettant de fumer plus longtemps de manière plus agréable.

QUELLE EST LA MEILLEURE ALTERNATIVE AU TABAC À MÉLANGER AU CANNABIS ?

Selon le type d’effet souhaité, les amateurs de cannabis cherchant une alternative au tabac ont de quoi faire leur choix. De la même manière qu’il n’y a pas de « meilleure » variété de cannabis pour tous les consommateurs, ces herbes attireront différents types de fumeurs. Peu importe qu’il s’agisse d’un ajout récréatif ou holistique, de nombreuses alternatives s’offrent au roulage de spliff avec du tabac.