Les bases de la culture de cannabis en extérieur


Les bases de la culture de cannabis en extérieur

La culture du cannabis en extérieur n'est pas sans défis mais elle est très satisfaisante. Servez-vous de ce guide pour d'énormes récoltes de têtes délicieuses.

Cultiver du cannabis en extérieur est une expérience très différente de la culture de l’herbe dans le confort d’une installation en intérieur. La culture de cannabis en intérieur implique de recréer un environnement naturel et de donner au cultivateur le contrôle sur presque toutes les variables allant de la température à l’humidité en passant par l’éclairage. La culture en extérieur, c’est une autre affaire. Les plants sont exposés aux éléments naturels, ni la chaleur ni l’humidité ne sont sous contrôle, et les nuisibles sont un problème encore plus important.

Malgré quelques difficultés potentielles, la culture en extérieur est un processus extrêmement satisfaisant. S’occuper de ses plantes alors que la brume du matin flotte au-dessus de l’herbe chargée de rosée fraîche est un pur moment de magie, l’inspection de ces fleurs alors que le coucher de soleil baigne le feuillage d’or est simplement impossible en intérieur. De plus, si vous cultivez en plate-bande, les plantes auront l’opportunité d’éteindre leurs racines plus en profondeurs, seront plus grands et généreront des rendements monstrueux en comparaison à leurs cousins d’intérieur.

Avant de vous lancer dans votre culture extérieure, voici quelques facteurs à prendre en compte pour un succès assuré. Ci-dessous, vous trouverez une liste des composantes de base de la culture du cannabis en extérieur, destinées à vous offrir le meilleur départ possible.

VIVEZ-VOUS DANS UNE ZONE ADAPTÉE ?

Avant de vous plonger dans la culture du cannabis en extérieur, il est important de prendre en compte le fait que votre lieu soit adapté ou non. Premièrement, si vous vivez en zone urbaine ou résidentielle dans une région qui ne tolère pas le cannabis, peut-être que vous devriez vous contenter de la culture d’intérieur au nom de la discrétion.

LA TEMPÉRATURE EST UN FACTEUR FONDAMENTAL

Le choix du lieu est aussi un facteur vital à prendre en compte en raison des attentes environnementales du cannabis. Le cannabis est une plante extrêmement polyvalente à forte capacité d’adaptation capable de fleurir dans la nature du monde entier, sous la chaleur tropicale de l’équateur comme sous les climats plus sévères de l’Asie centrale. Il y a de grandes chances pour que votre lieu de culture soit adapté au cannabis, mais l’herbe n’offrira simplement pas de bonnes performances dans des climats extrêmes.

Des températures prolongées supérieures à 30 °C provoqueront un ralentissement de la croissance de la plante ou la feront simplement stagner, alors que des températures inférieures à 12 °C contribueront au déclin de la santé de la plante et pourront même lui être fatales. Assurez-vous que votre région se situe entre ces valeurs avant de lancer votre récolte.

Il est important de se rendre compte que différentes variétés se développeront mieux sous différents climats, mais nous y reviendrons un peu plus tard.

LE CHOIX DU LIEU DÉTERMINE AUSSI L’EXPOSITION À LA LUMIÈRE

Un autre facteur qui tombe aussi sous l’influence du choix du lieu est la latitude, une coordonnée géographique qui spécifie la position nord-sud d’un point donné sur la planète terre. La latitude est importante, car elle dicte l’exposition quotidienne à la lumière du jour durant la saison de culture. Les heures d’ensoleillement dont les plantes profiteront durant la journée sont vitales pour deux raisons. Premièrement, la plante a besoin de lumière pour s’adonner au processus crucial qu’est la photosynthèse, processus durant lequel elle convertit la lumière du soleil en énergie sous la forme de glucose. Deuxièmement, les variétés photopériodiques requièrent un changement saisonnier du cycle de lumière afin de comprendre que l’automne vient et qu’il est temps de fleurir. Comprendre la latitude de son lieu de culture vous aidera à savoir combien de lumière votre plante recevra au quotidien durant la saison ainsi que le moment ou la floraison sera susceptible de commencer.

CHOISIR UN LIEU AVEC UN MAXIMUM DE SOLEIL ET UN BIEN VENTILÉ

Les bases de la culture de cannabis en extérieur

Essayez de trouver un lieu dans votre jardin qui reçoit autant de lumière que possible. Plus vos plantes pourront photosynthétiser, plus elles pourront créer d’énergie pour se développer et vous offrir de gros rendements. Si vous vivez dans une zone ou le soleil est particulièrement brutal au milieu de l’été, surveillez bien l’hydratation de vos plantes.

Placez vos plantes dans un endroit qui sera également exposé au vent, cela les aidera à devenir plus fortes et donc plus à même de porter le poids de leurs propres têtes au moment venu. Les plantes s’adaptent à une brise constante en devenant plus solide, surtout à leur plus jeune âge. Si votre lieu est très venteux, alors envisagez d’installer des paravents temporaires ou de positionner vos plantes plus sécurité près d’un mur ou autre abri.

C’EST LA NATURE QUI TIENT LES RÊNES : SAVOIR QUAND CULTIVER

Les cultivateurs d’intérieur ont le luxe de pouvoir lancer une culture quel que soit le moment de l’année qui les arrange. Une des contraintes de la culture d’extérieur est que c’est la nature qui tient les rênes et que lorsqu’elle décide qu’il fait trop froid pour que vos plantes survivent, eh bien c’est le cas.

La culture en extérieur requiert une certaine patience. Il y a une fenêtre dans l’année, durant la saison de culture, durant laquelle les cultivateurs devront faire germer leurs graines, les faire passer pas la phase de croissance, puis de floraison, avant de pouvoir les récolter. Les cultivateurs assez chanceux pour vivre sous les tropiques pourront cultiver du cannabis toute l’année, mais ceux qui vivent plus au nord devront obéir à ce rythme naturel.

Pour avoir un peu d’avance et rallonger la saison de culture, il est possible de lancer ses plants en intérieur, là où ils seront à l’abri du gel potentiel puis de les rempoter en extérieur un peu plus tard. Il devrait être possible pour vos plantes d’être en terre aux alentours de mai dans la plupart des pays d’Europe et des États américains. Jetez un œil aux périodes de semis recommandées pour les légumes-feuille dans votre région afin d’avoir une estimation. Le moment de récolte aura généralement lieu en septembre ou en octobre, mais cela dépend grandement du moment de floraison et des caractéristiques d’une variété en particulier.

SE SERVIR DE CES FACTEURS POUR DÉCIDER QUELLES GÉNÉTIQUES DE CANNABIS UTILISER

Les bases de la culture de cannabis en extérieur

Le cannabis est une culture adorée dans le monde entier. Son exposition à différents facteurs environnementaux et à différents sélectionneurs ayant des attentes variées a donné lieu à une sélection massive d’une quantité énorme de cultivars. Des milliers de variétés existent, chacune ayant ses propres attributs de culture, saveurs et effets.

Les cultivateurs qui vivent sous des climats tempérés et qui laissent place à l’erreur sont assez chanceux pour pouvoir cultiver quasiment toutes les variétés qu’ils souhaitent alors que ceux qui vivent sous des climats où les saisons de culture sont plus courtes avec des températures plus froides devront se limiter à des variétés résistantes à la floraison rapide.

La variété que vous choisirez devra être en accord avec les résultats que vous cherchez à obtenir. Si votre but principal est de recevoir des rendements titanesques, alors mieux vaut choisir une sativa énorme qui dépassera facilement les 3 m de haut et proposera des rendements à compter en kilogrammes. Si votre but est de cultiver des plantes aux effets stones, apaisants et relaxants, alors une indica pure ou hybride sera plus adaptée. Certaines variétés peuvent aussi être sélectionnées, car elles se plaisent particulièrement bien en extérieur.

Si vous vivez sous des climats plus difficiles proposant moins d’exposition saisonnière à la lumière ou que vous souhaitez simplement installer votre culture aussi vite que vous l’aurez terminée (quelle que soit votre raison), alors les variétés à autofloraison seront les plus adaptées. Les variétés à autofloraison ne demandent pas de changement saisonnier en termes de lumière pour initier leur floraison et elles peuvent supporter des températures plus froides. C’est possible en raison de leurs génétiques provenant d’une sous-espèce du cannabis, le cannabis ruderalis, qui s’est adapté afin de survivre à la toundra de l’Asie centrale.

GRAINES VS. CLONES : QUEL EST LE MIEUX ?

Les bases de la culture de cannabis en extérieur

Il existe deux principales manières de commencer une culture de cannabis. La première consiste à obtenir les graines que vous souhaitez cultiver et à les faire germer dans un substrat de culture. La culture à partir de graines assure des génétiques uniques au spécimen cultivé qui comprend des traits à la fois des variétés père et mère utilisés afin de créer cette nouvelle variété. Cette variété sera soit patrimoniale, les deux parents sont issus de la même variété, soit hybride ce qui signifie que deux différentes variétés furent sélectionnées afin d’en créer une nouvelle. Un inconvénient potentiel de l’utilisation de graines est qu’il est possible de se retrouver avec un pied mâle sur les bras, il ne sera pas capable de produire de fleurs et viendra polliniser vos pieds femelles dès qu’il en aura l’occasion. Une manière de contourner ce souci est de se procurer des graines féminisées, qui auront bien plus de chance de produire des plants femelles.

La seconde option est de commencer à cultiver à partir de clones. Un clone est une bouture d’un plant de cannabis qui, une fois enracinée, produit une copie génétiquement identique au plant mère. Cela peut être une bonne idée, car ils permettent au cultivateur de répliquer les traits recherchés. Cependant, le clonage reproduit aussi les points négatifs tels que les maladies.

CULTIVER EN POT OU DIRECTEMENT EN TERRE ?

Les plants d’extérieur sont principalement cultivés en terre. Ils peuvent être cultivés dans des pots ou directement en terre dans des plates-bandes ou dans d’énormes champs. Il y a de nombreux avantages et inconvénient pour chacune de ces approches et une méthode n’est pas nécessairement meilleure qu’une autre.

La culture en pots est une bonne approche si vous êtes limités par l’étroitesse de votre jardin ou s’il est majoritairement recouvert de bétons ou de gravier. Les pots permettent aussi aux cultivateurs de limiter la taille de leurs plants à leur guise, ce qui est particulièrement utile si vous souhaitez rester discret. Plus le pot sera grand, plus la plante le sera, et inversement.

La culture en pot peut aussi être très pratique si vous avez besoin de déplacer vos plants en raison d’une grosse vague de chaleur, de pluies diluviennes ou de températures trop froides vers la fin de la saison de culture. Il est également plus simple de s’assurer que les plantes en pots ont accès à une terre convenable, la terre entourant votre lieu de culture ne sera pas forcément optimale pour la croissance de vos plantes.

L’inconvénient de la culture de cannabis en pots est le fait qu’ils soient susceptibles de chuter en cas de cas de vents forts. Et aussi qu’elle demande un peu plus d’attention, car les quantités d’eau et de nutriments seront limitées.

En ce qui concerne la culture du cannabis en direct dans la terre, un des plus gros avantages est, bien évidemment, l’espace supplémentaire. Les racines peuvent aller plus en profondeur à leur guise et peuvent de ce fait obtenir de plus grandes quantités de nutriments et d’eau. Plus le système de racines sera complexe et plus les plantes seront en sécurité et sauront résister aux vents et au mauvais temps. Cette augmentation en termes d’espace racinaire permet aux plantes d’être plus imposantes, vraiment beaucoup plus imposantes. La diversité de la vie microbienne sera elle aussi plus élevée, les champignons mycorhizes et autres bactéries bienfaisantes permettant de maintenir une plante saine et productive.

Le principal inconvénient de cultiver à même le sol est l’incapacité pour une plante d’être déplacée durant des périodes de climat extrême.

IL EST TEMPS DE METTRE LA MAIN À LA TERRE

Les bases de la culture de cannabis en extérieur

La terre est le principal substrat de culture utilisé en extérieur. La terre est essentiellement composée de matière organique décomposée. Elle fut autrefois de la matière végétale morte avant d’être décomposée lentement en plus petites particules par les champignons, les vers et les microorganismes. La terre peut énormément varier en qualité selon ce qui a été cultivé auparavant, la pollution et l’usage qui en a été fait.

On distingue 5 différents types de terre. Il est primordial d’enquêter sur la qualité de la terre de votre jardin pour vous assurer qu’y planter des plantes directement sera une option valable. Toutes les terres sont faites de trois ingrédients : de sable, de limon et d’argile. C’est la variation en termes de ratio de chacun de ces composants qui déterminera le type de terre. Vous trouverez ci-dessous une liste des 5 types de sol :

1. Silteux - lisse, bonne rétention d’eau, relativement fertile, petites particules, mauvais drainage.
2. Argileux - collant, mauvaise aération, compacte, petites particules, retient bien l’eau.
3. Sableux - granuleux, drainage rapide, ne retient pas les nutriments.
4. Salin - se trouve dans les régions arides, remplis de sel, comprend une surface blanche.
5. Tourbeux - noir/marron foncé, rempli de matière organique, acide.

Votre terre sera un mélange de la plupart des types mentionnés ci-dessus. Votre terre native ne posera problème que si elle a été surmenée dans le passé et que ces nutriments en ont été drainés, ou que son drainage est beaucoup trop lent ou trop rapide. Si la terre de votre jardin vous parait bonne, alors ne vous gênez surtout pas pour l’utiliser !

Si vous choisissez de cultiver en pots ou en plates-bandes, vous pouvez alors utiliser une partie de la terre de votre jardin ou acheter un terreau de rempotage qui proposera les nutriments nécessaires aux premières semaines de croissance.

Si vous cultivez des variétés à autofloraison, il vous faudra prendre en compte le fait qu’elles préfèrent un type de sol différent des variétés photopériodique. Les variétés à autofloraison préfèrent les sols aérés et lâches qui ne seront pas trop remplis de nutriments. Vous pourrez acheter une terre déjà mélangée ou bien créer votre propre mélange à l’aide de 50 % de terre et 50 % de perlite ou de fibre de coco.

UN MOT SUR LE PH

Vous vous souvenez du pH, ou « potentiel hydrogène » de vos cours de physique-chimie ? Cette échelle logarithmique est utilisée afin de déterminer l’acidité, l’alcalinité ou la neutralité d’une solution. Toute terre a une valeur pH qui peut être mesurée à l’aide de bandelettes de papiers pH ou de sondes à pH. Les cultivateurs devraient essayer de garder une terre ayant un pH se trouvant pile là où les plantes seront heureuses et en bonne santé.

L’échelle pH est un spectre allant de 1 à 14. 1–6 indiquent les régions acides, 7 est neutre, et 8–14 est la valeur alcaline. Le cannabis se plaît dans un sol légèrement acide et donne de bons résultats entre 6.0 et 7.0. Si vous trouvez que votre pH est trop haut, ajoutez de la matière organique, du soufre ou de la tourbe pour résoudre le problème. Si le pH est trop bas, essayez la chaux et les cendres de bois.

COMMENT ARROSER CES PLANTS COMME IL SE DOIT ?

L’arrosage est une partie essentielle de la vie d’une plante, mais elle peut être mauvaise en trop grande quantité, voire mettre fin aux jours de la plante. Le sur-arrosage est une erreur commune aux novices de la culture et donne lieu à des pathologies telles que le pourrissement des racines. Si vous cultivez en extérieur, la pluie pourra compliquer encore plus le choix de la quantité d’eau destinée à arroser vos plantes. Si vous vivez dans une zone où les pluies sont intenses et fréquentes, alors peut-être que vous devrez déplacer vos plantes en pots sous des bâches de manière temporaire et vous assurer que vos plates-bandes drainent suffisamment. Envisagez la culture en plates-bandes surélevées si vous connaissez de telles conditions.

Lors de l’arrosage de plantes en pots, la règle de base est d’attendre que les 3 premiers centimètres de terre aient séchés avant d’arroser à nouveau.

Les plants de cannabis géants cultivés à même la terre seront assoiffés d’eau quasiment au quotidien. Différentes terres retiennent l’eau de différentes manières. Votre terre devrait toujours avoir l’air humide, alors prenez-en une poignée et vérifiez si c’est bien le cas. Si ce ne l’est pas, alors il est temps d’arroser.


IL FAUT OFFRIR DES NUTRIMENTS À SES PLANTES

The basics of growing cannabis outdoors

Le cannabis a des demandes spécifiques en termes de nutriments selon les différents stades de développement. Les nutriments requis par les plantes peuvent leur permettre de traverser différents processus physiologiques vitaux et finalement produire des récoltes optimales. Trop peu de nutriments donnera lieu à des carences qui pourront ralentir la croissance et endommager les plantes, alors que trop de nutriments viendront brûler les racines et seront tout aussi dangereux.

On trouve trois nutriments primaires, connus sous le nom de macronutriments et dont le cannabis a besoin. On trouve donc, l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K). Ensemble, ces nutriments sont notés N-P-K et peuvent être trouvés dans n’importe quel mélange trouvable dans le commerce. Ils devront être ajoutés dans un ratio spécifique dépendant des différentes périodes du cycle de culture.

Durant la phase de croissance, la période précédant la floraison alors que les plantes ne produisent que des feuilles, les plantes auront besoin de plus hauts niveaux d’azote, de niveaux de phosphores moyens et de hauts niveaux de potassium. Durant la floraison, tout cela change, les plantes auront besoin de moins d’azote, de niveaux moyens à hauts de phosphore et de hauts niveaux de potassium. Les plantes auront également besoin de micronutriments tels que du calcium, du magnésium, du soufre, du fer, du manganèse, du bore, du molybdène et du zinc.

Les cultivateurs peuvent synthétiser leurs propres formules nutritives, mais il est plus simple et plus pratique d’acheter des formules toutes faites qui seront faciles d’emploi et destinées spécifiquement aux stades de culture spécifiques.

Easy Boost Organic Nutrition par Royal Queen Seeds est un produit fantastique pour vous assurer que vos plantes reçoivent tout ce dont elles ont besoin pour se plaire dès le départ de votre culture. Ces pellets apporteront 10 à 12 semaines d'alimentation à vos plantes et sont remplis de minéraux bénéfiques.

Royal Queen Seeds propose aussi des formules nutritives destinées à la période de croissance et de floraison en plus de champignons mycorhiziens qui aideront vos plantes à assimiler les nutriments efficacement.

Beaucoup de ces nutriments sont adaptés aux pots et autres récipients. Si vous cultivez directement en terre ou sur des plates-bandes surélevées, envisagez de produire votre propre compost maison. Débarrassez-vous de vos déchets végétaux de cuisine et de jardin en faisant une pile ayant un ratio de 2 mesures de matière marron (riche en carbone) pour une mesure de matière verte (riche en azote). Les microorganismes finiront par décomposer les matières organiques en molécules capables d’être assimilées par les plantes en tant que nutriments. Vous devrez retourner la pile de temps en temps afin d’accélérer le processus. Le tas de compost finira par produire une matière prête à l’emploi après près de 6 mois.

Il est aussi possible d’ajouter le compost sous la forme d’un thé de compost. Ce dernier est connu pour booster la croissance des plantes et s’applique en spray foliaire qui nourrit les plantes et dérange les nuisibles. Découvrez cette recette vous permettant de produire votre propre stock de thé de compost.

PROTÉGEZ VOS PLANTES DES PARASITES ET DE LA MOISISSURE

Les bases de la culture de cannabis en extérieur

Un des plus grands défis de la culture en extérieur est représenté par toutes les petites créatures qui verront vos plantes comme un délicieux en-cas. Il existe un tas d’espèces parasites nuisibles, des pucerons aux acariens en passant par les Aleyrodidae et les mycètes. Il existe aussi un tas de manières d’empêcher les invasions de nuisibles et de les empêcher d’endommager vos plantes et d’en réduire potentiellement les récoltes. L’utilisation de produits chimiques est une de ces options, mais les dégâts que ces substances provoqueront sur la santé de l’environnement et de l’humain n’en valent pas la peine. De plus, vous finirez par les fumer.

Les méthodes biologiques de contrôle des nuisibles sont de bien meilleures options. Elles impliquent des techniques telles que le compagnonnage des plantes, technique consistant à cultiver des plantes bénéfiques à proximité de votre cannabis, l’aidant ainsi à attirer les insectes capables de les défendre des nuisibles.

La moisissure est une autre menace potentielle de vos plants de cannabis en extérieur, la forme la plus répandue étant la moisissure des têtes et l’oïdium. Les cultivateurs peuvent prévenir cette moisissure en luttant contre l’air stagnant, les températures froides et l’humidité. En plantant vos cultures dans un endroit bien aéré vous pourrez les aider à éviter que la moisissure ne se forme. Certaines moisissures peuvent être traitées à l’aide d’un spray foliaire alors que d’autres n’auront que la prévention comme manière d’empêcher toute catastrophe.

VOUS VOUS SENTEZ ESPIONNÉ ? TESTEZ LA CULTURE GUÉRILLA

Vous êtes trop inquiets pour cultiver du cannabis dans votre jardin en raison de l’interdiction locale ? Vous souhaitez que votre petite affaire reste inconnue des étrangers ? Dans ce cas, essayez la culture guérilla. Elle implique de planter ses graines ou ses boutures dans un endroit isolé en pleine nature. Beaucoup de cultivateurs guérilla choisissent de cultiver en forêt ou dans des champs.

Toutes les informations ci-dessus s’appliquent également à ce type de culture, il vous faudra simplement réfléchir plus longuement à la zone de culture que vous choisirez. Un bon lieu de culture devrait recevoir une quantité significative de lumière du soleil et être à proximité d’une source d’eau telle qu’un courant ou un lac. Le lieu devra aussi être assez reculé pour minimiser les chances que quiconque tombe sur vos plants, mais assez près pour que vous puissiez visiter fréquemment votre culture afin de la surveiller et de vous en occuper.

La sélection des variétés est un autre facteur important. Des génétiques solides seront requises en raison de l’augmentation de la compétition et les conditions plus difficiles, des variétés telles que la Northern Light, la Quick One, et la Royal Jack Automatic seront vos meilleures amies si vous vivez dans des régions dont les conditions ne sont pas favorables à la culture.