Le Reggae et la ganja : Une brève histoire et 5 tubes légendaires pour s'en fumer un


Le Reggae et la ganja : Une brève histoire et 5 tubes légendaires pour s'en fumer un

Quel est le lien entre le reggae et la ganja ? Cliquez ici pour une étude approfondie à ce genre iconique, ses origines et ses racines profondes avec la weed.

Ce n'est pas un secret d'État que de savoir que la musique Reggae et la marijuana vont de pair tels un enfant et les seins de sa maman. Le Reggae a produit certains des tubes de stoner les plus légendaires qui soient avec par exemple Peter Tosh et "Legalize it" ou encore Bob Marley et son mythique "Easy Shanking" et tellement d'autres encore.

Le Reggae est un genre musical issu de Jamaïque dans les années 60 et se caractérise par ses guitares saccadées, ses profondes lignes de basses menant la barque ainsi que par ses rythmes complexes et décalés et sa batterie en arrière. Ce style est grandement inspiré par le mento, un style de musique folk et rural Jamaïcain tiré des rythmes et des musiques traditionnelles d'Afrique. Il tire également son inspiration de d'autres styles tels que le ska, le rocksteady, le jazz et le rhythm and blues.

On ne peut l'affirmer, mais, les premiers enregistrements reggae étaient Larry And Alvin’s “Nanny Goat” et the Beltones’ “No More Heartaches,”. Les deux ont été publiés dans les années 60. Au début des années 70, les sons de reggae faisaient beaucoup de bruit partout à travers le monde jusqu'au point où des artistes non-Jamaïcains ont commencé à composer autour de ce nouveau style musical exotique. La reprise de Bob Marley "I Shot The Sheriff" réalisée par Eric Clapton en 1974 en est l'exemple même. C'est également la naissance de groupes tels que UB40, Steel Pulse et bien d'autres.

Le reggae et la ganja : une brève histoire et 5 tubes légendaires pour s'en fumer un

L'artiste de reggae le plus connu à travers le monde est sûrement Bob Marley qui a trouvé un succès international à travers les années 60 et 70 avec des tubes emblématiques tels que “Three Little Birds,” “One Love (People Get Ready), ” “Exodus, ” et bien d'autres encore. La réputation de Marley à l'international et l'adoption du reggae par les artistes en dehors de la Jamaïque furent essentiels pour que le Reggae devienne un nouveau genre populaire.

Malheureusement, la popularité du reggae perdit de la vitesse au milieu des années 80 et début des années 90. En Jamaïque, des genres comme le dancehall l'ont supplanté tandis que d'autres genres en faisaient de même. Certaines personnes attribuent la perdition du reggae à la mort de ses artistes les plus emblématiques tel que Bob Marley, au désintérêt général des artistes jamaïcains de la part des labels internationaux ou finalement, le simple destin de la plupart des genres musicaux.

Aujourd'hui, la musique reggae est encore appréciée à travers le monde entier grâce à l'essence toujours plus verte de morceaux fait par des artistes tels que Marley, Peter Tosg, JImmy Cliff et d'innombrables autres. Elle est aussi encore appréciée grâce des groupes "tribute" (hommage) qui permettent au style de perdurer comme Fat Freddy’s Drop (Nouvelle Zélande), Rebelution (États-Unis), Beenie Man (Jamaïque), et bien d'autres encore.

Le fait que beaucoup de ses artistes incluaient leur consommation de "ganja" dans leurs inspirations et dans la façon dont ils se présentaient a rendu la musique reggae extrêmement populaire auprès des enthousiastes du cannabis partout dans le monde. De l'appel de Peter Tosh à le légaliser ( "legalize it") à la confession de Marley que sa Kaya adorée le fait se sentir " tellement high qu'il pourrait toucher le ciel". Le reggae mentionne souvent le cannabis.

La musique Reggae à d'importants liens avec le Rastafari, un mouvement culturel né en Jamaïque dans les années 30 promouvant un style de vie naturel, une relation distincte avec Dieu ou "Jah" et bien évidemment, l'utilisation quasi-cérémonielle du cannabis. La plupart des artistes de Reggae les plus populaires étaient investis dans le Rastafari. Cela inclut Bob Marley, Peter Tosh, Bunny Wailer, Burning Spear et bien d'autres.

5 SUPERBES CHANSONS À PROPOS DE LA GANJA

Il existe bon nombres de morceaux de reggae faisant référence à la ganja. En voici 5 de nos préférés :

LEGALIZE IT, PETER TOSH

C'est un tube emblématique des stoners. Dévoilé au milieu des années 70, ce fameux morceau fut banni dans toute la Jamaïque dû au sujet controversé qui y était mentionné. Dans ce morceau, Tosh plaide pour la légalisation de son herbe chérie, faisant état du nombre de personnes la consommant et vantant ses bienfaits thérapeutiques.

EASY SKANKING, BOB MARLEY AND THE WAILERS

Un autre tube connu de tous, il est assez récurent pour beaucoup de stoner de s'en allumer un juste au moment où Marley commence son couplet avec sa belle phrase " excuse me while I light my spliff".

En chantant "herb for my wine", Bob fait clairement référence à sa préférence de la ganja par rapport à l'alcool, ce qui est une coutume commune parmi les Rastas qui ont tendance à éviter la consommation d'alcool.

THE INTERNATIONAL HERB, CULTURE

Vous souhaitez compiler une liste de lecture sur le thème du reggae pour votre prochaine session ? Vous vous devez d'ajouter celle-là :

“I took a spliff this morning of the international herb, it makes me feel so groovy man, it gives me inspiration in music man, so that is why I can’t refuse it man, my bredren nuh love it and I love it man.”

FREE UP THE WEED, LEE “SCRATCH” PERRY

Voici un classique politiquement engagé par Lee Perry, l'un des plus producteur et inventeur du reggae. Perry était impliqué dans bons nombres de tubes emblématiques de reggae et a collaboré avec des artistes tels que Bob Marley, Peter Tosh et bien d'autres. Dans ce classique, il fait un plaidoyer clair comme de l'eau de roche en vertu de la légalisation.

GANJA SMUGGLING, EEK-A-MOUSE

Ce morceau plus engagé politiquement dépeint une image véritable du trafic de ganja dans les ghettos de Kingston. Chantant au sujet d'une perquisition, Eek-A-Mouse informe sur certaines des lourdes pénalités et strictes régulations du cannabis en Jamaïque ce qui peut très probablement en surprendre plus d'un.